Ethiopie, un long fleuve tranquille

Après notre aventure au volcan, comme tout le monde s’en doute, on s’est reposé. Reposé, vous êtes fous, on a passé quelques journées à nettoyer tout le camion, intérieur, extérieur («3 petites heures de car wash), inverser les pneus lacérés par les blocs de lave bien coupants (Hubert vous montrera ses cicatrices à notre retour), graisser, changer les filtres, remplir la citerne d’eau, … et terminer par un bien agréable souper traditionnel suivi de la cérémonie du café (très importante en Éthiopie) chez Abel  (que nous remercions encore, ainsi que son épouse pour l’accueil chaleureux), vous vous rappelez, celui qui nous avait trouvé un guide pour nous emmener dans cet endroit hors du temps et hors du monde …

Ceci étant fait, nous quittons Mekele, toujours en compagnie des petits suisses, Franzi et Gerry, en route vers Lalibela (en nous disant tout bas que cette fois, on ne voulait plus faire de piste). Soudain, nous passons sur un pont au-dessus d’une rivière (chose assez rare en ce moment, elles sont toutes à sec). Quelques enfants se baignent en contre bas. Laurent s’avance sur le pont, observe, convainc Franzi et Gerry de perdre 2 ou 3 heures  et c’est parti, nous installons un Death Ride. Les petits éthiopiens regardent les petits « Sept à Vivre » descendre, ils sont assez timides. Enfin, un plus grand se décide, il recommencera plusieurs fois et voilà que les autres essayent. Nous bivouaquerons au bord de la rivière après une super après-midi. Petit exercice de conduite 4×4 pour traverser la rivière et remonter sur la route.  Notre route reprend passant de col en col à travers des paysages magnifiques en nous arrêtons de temps en temps dans les villages pour boire un thé, trouver du pain, … être entourés d’enfants.

C’est avec une grande joie que nous découvrons le site de Lalibela. Durant une journée nous nous promenons parmi les pèlerins à la découverte des différentes églises bien particulière car toutes creusées d’un seul bloc et dont le toit plat ne dépasse pas du sol.

Nous faisons ensuite route vers Addis Abeba pour récupérer un GPS envoyé d’Espagne. Nous quittons avec beaucoup d’émotions Franzi et Gerry après 3 semaines de voyage, d’aventures et de partage. Ils partent vers Djibouti. On les remercie pour leur patience, leur complicité avec les enfants. Ils nous ont attendus, tirés des mauvais pas, préparés de bons repas, … notre vie de famille sera très différente sans eux … et la leur certainement plus calme sans nous …

En route pour Addis, nous passons par le lac Tana (proche de Gondar, la première ville visitée en Ethiopie) et faisons un petit détour pour voir les chutes du Nil Bleu : les sources du Nil !

Après notre passage à Addis, nous rejoignons le lac Langano et sa « Sabana Lodge » où nous vous avons attendu 2 jours pour la chandeleur.  Seuls Franzi et Gerry, refoulés à la frontière de Djibouti, faute de visa auront fait le déplacement ! A Sabana, nous admirerons les oiseaux, nous nous baignerons (y a pas de Crocos dans ce lac) et ferons un peu de kayac et même quelques passes de volley.  Nous profiterons également de la restauration haut de gamme, contrairement à ce que Jean-Sé avait annoncé.

La suite, pistes en direction de la vallée de l’Omo avec une halte à Jinka, dernier village

avec du macadam, mais sans ATM, ni station service avant un petit moment …

P.S.  Furaha ya kuzaliwa kwa Maud, Stéphanie na Gaëtan.

9 réflexions sur « Ethiopie, un long fleuve tranquille »

  1. eh ben oui en effet….
    je suis le …. 700ème …. « comment » de ce blog!!!!

    avouez que vous êtes ts géniaux et que ce blog n’arrête pas de foisonner d’idées, de délires, de dérisions, de surprises et … de rêves!!

    et que cela continue!!!
    votre « 700 ème »

  2. Et bien dites moi … il y avait bien longtemps – trop longtemps d’ailleurs – que je n’avais plus suivi vos aventures .. mais que de chemins parcourus ! C’était tellement passionant que j’ai jonglé pendant toute ma lecture avec les « c’est quand qu’on mange ? » – Réponse : « bientôt » et les « alors ou ils sont ? » Réponse : « J’y suis pas encore » … Mais j’ai tenu bon et j’ai vécu par procuration de super moments !
    Merci à vous

    Madeleine & Co

  3. Après ma petite éruption sur ce site hier soir, je vois que nos septàvivre sont toujours au bout du câble ! Chouette !
    Et vous parlez même en swahili en adressant vos souhaits à ceux qui vieillissent d’un an… vous devez vous fondre dans la masse en causant comme ça. Il y a juste encore la couleur de vos peaux qui vous trahit. Peut-être qu’avec le temps, ça viendra !
    Allez, bon vent
    Stèph « biquette »

  4. Super que vous ayiez pu faire un peu de volley pour rester à notre niveau 😉
    Pour mettre la « pression », de notre côté nous avons participé à un tournoi de volley au Blocry la semaine passée. En fait, notre seul mérite a été de participer, et la pression était plutôt du côté du comptoir… On s’est repris ce mercredi. Mais O drame, nous n’avons pas accès aux salles du Blocry pendant 3 semaines pour cause de travaux. Une telle abstinence, du jamais vu 😉

    Vous aurez sans doute appris que la Belgique vient de battre le record du monde de la plus longue période sans gouvernement. Peut-être sommes nous en fait plutôt le premier pays au monde à pas avoir besoin de gouvernement ? C’est d’ailleurs scandaleux que votre site ne soit pas aussi en néérlandais, euh en flamand, c’est vraiment jeter de l’huile sur le feu 😉

    Vous n’êtes pas si loin de Patrick Houben qui est encore pour quelques jours au Rwanda.

    Bonne route,
    JPhi

  5. C’était bon de vous voir. En attendant un patient qui décidément ne viendra pas, je suis venue prendre des nouvelles.

    C’est marrant, je me suis surprise en train de taper « vivre libre » au lieu de « sept à vivre. J’ai aimé le lapsus au moment même, et je l’ai adoré lorsque j’ai eu d’abord la surprise puis le plaisir de vous lire. Vous donniez une superbe impression de « vivre libre »; sans guide, sans rebelle, sans guet-apens,…

    Je suis prête à retrouver mon prochain patient. Merci

    Donatienne

  6. Maud était bien contente de vous avoir en ligne ce matin et nous tous de vous voir apparemment en grande forme! merci pour ce réveil-matin! Désolée si nous avons dû interrompre, mais il y a des enfants qui, ici, doivent aller à l’école… 😉

    Bon amusement à Malindi! Si vous avez l’occasion d’aller sur l’île de Watamu, c’est à une quinzaine de km de Malindi et c’est très joli pour faire du snorkeling, se reposer sur la plage de sable blanc, et manger des langoustes!

    Nathalie & Co

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *