Le Kenya du Nord au Sud et de l’Est en Ouest

Après ce passage de frontière trop facile, nous étions obligés de poursuivre sur les pistes qu’on vous a déjà décrites en long et en large. C’est là que nous avons perdu le frigo, une batterie, la clé pour démonter les pneus, que les armoires se sont détachées les unes après les autres, que lors de gros chocs, la cabine allait taper sur le réservoir de pression d’air pour les freins. Ce qui a provoqué une légère fuite que Laurent aidé de Gerry et Roger ont dû réparer un soir. Enfin, un village. Nous trouvons un semblant de garage qui nous répare notre fuite à l’aide de colle Super Glue et un peu de sable et nous aide à resouder la porte de la cellule.  Nous échangeons, dans une mission catholique, un petit peu de shillings Kenyans. Nous y rencontrons 2 anglais et 1 israélien à vélo. C’est tous ensemble que nous voyagerons jusqu’à Loyangalani au bord du lac Turkana.Là, à nouveau dans une mission catholique, nous nous offrons une cure de repos dans une piscine alimentée par de l’eau d’une source chaude (au moins 35 °) et un petit peu de recueillement lors d’une messe haute en couleurs et en chants.

Plein d’optimisme, nous nous approchons du lac pour une petite baignade. Malheureusement, c’est la cata, le camion est à nouveau embourbé. Mais cette fois-ci, il est bien planté. Laurent essaie de sortir tout seul, ensuite Gerry essaie de nous tirer, puis Roger l’accompagne mais toujours sans succès. Nous sortons toutes les pelles et creusons durant plus d’une heure. Une troisième voiture, un couple de Hollandais, nous rejoint. C’est finalement un trio de 4×4 qui, ensemble, nous sort du sable. C’est donc un peu plus loin que nous irons goûter à l’eau du lac où Roger perd son alliance.  Équipés de masques, nous la retrouverons heureusement assez vite. Les pistes continuent et se terminent par ces 20 derniers km de tôle ondulée qui achèvent le camion.Une fois sur le macadam, nos deux couples de Saint-Bernard nous laissent rouler à notre rythme. En effet, nos chemins se séparent car nous partons sur la côte dans le sud du Kenya pour une semaine de vacances au bord de l’océan en compagnie de la marraine d’Augustin et de toute sa famille. En chemin, à Nyeri, nous visitons la maison de Baden Powell et sa tombe face au mont Kenya (vous connaissez Laurent et son engagement pour les mouvements de jeunesse 🙂 ). Ensuite, petit passage obligé par Nairobi, dans le célèbre Jungle Junction où tous les voyageurs se retrouvent pour quelques achats et réparations (vitre pour la fenêtre du toit, changer tous les pneus, et une nouvelle clé (au cas où nous aurions une crevaison), du bois pour fixer les armoires, des nouveaux amortisseurs pour la cabine (pas trouvés), souder à nouveau la porte de la cellule, … , obtenir les cachets d’entrée au Kenya dans nos passeports, … et tout cela en moins de 24 h (un exploit d’après le propriétaire de Jungle Junction qui nous prévoyait une semaine au moins). Nous arrivons enfin à Malindi et retrouvons Joëlle, Bernard, Anton, Océane, Florence et Jules pour notre plus grand plaisir et en particulier celui d’Augustin. Nous profitons des plages, de l’océan et de sa température plus que douce et agréable et … des moustiques.Nous prenons, c’est certainement difficile à entendre, enfin, notre temps lors de grands festins garnis de fruits et de légumes. Lors d’une de ces pauses, nous débattons sur un nouveau sujet proposé par Océane (pour une présentation  pour l’école). Voici la question que nous vous soumettons : « Faut-il donner aux pauvres ? ». Question bien difficile … qui nous accompagne durant tout le voyage et certainement encore après. Notre route continue en direction de Lamu, mais cette fois-ci à 13. Nous sommes en compagnie de 6 nouveaux convoyeurs bien courageux de tester le camion sur les pistes. Lamu est une île au nord du Kenya, interdite aux véhicules, nous abandonnons donc notre camion pour la deuxième fois (la première se passait dans le Simien Park en Ethiopie, où nous avions dormi sous tente lors d’un trekking) pour 3 jours de grand luxe dans un hôtel au bord de l’eau.3 jours au milieu de la culture swahilie, parcourant les petites ruelles de Lamu et de Shela, se laissant porter au fil de l’eau par les boutres. Les boutres, ce sont ces magnifiques bateaux en bois avec une grande voile blanche inclinée en fonction du vent. Elles nous emmènent observer les poissons et déguster un magnifique poisson grillé au milieu de l’océan. L’avion ramènera nos 6 vacanciers vers Kampala en Ouganda que nous rejoindrons un rien plus tard par la route (enfin si on appelle cela des routes). Comme vous le savez, nous retraversons le Kenya et remontons vers le nord. Les routes sont longues mais nous avons de la chance de croiser de temps à autre des animaux tels des zèbres, une girafe, des hippopotames, des gazelles, des singes, un vrai spectacle en plein air. Les enfants sont émerveillés et profitent de chaque nouvelle rencontre. Mais Gerry et Fränzi nous attendent au Solio Range. C’est un parc privé, peu ouvert aux visiteurs, spécialisé dans l’observation et reproduction des rhinocéros blancs et noirs.

Les petits suisses y ont travaillé, bénévolement plus d’une semaine, ils recherchaient une dizaines de rhinocéros noirs disparus depuis plusieurs mois. Le parc souffre d’énormément de braconnage les soirs de pleine lune. Grande récompense pour les enfants, d’abord nous retrouvons Fränzi et Gerry, ensuite nous passons une journée intense sur le toit du camion à chercher, observer, filmer, photographier différents animaux. Nous avons la chance d’y voir, des guépards, un léopard, des buffles, des girafes, des zèbres, des phacochères, des chacals, des impalas,…. , des singes, et  bien sûr des rhinocéros. Guilhem et Hubert sont très doués pour repérer les animaux, alors qu’Augustin les photographie. Isaline et Aymeric se sont trouvés une place sur le toit et sont émerveillés.

Une très bonne journée. C’est avec les petits suisses que nous prenons la direction de l’Ouganda. Souvent, avant de prendre une route, on se renseigne sur son état et les réponses sont souvent les mêmes : « elle est très bonne ». C’est donc avec optimisme que nous nous mettons en route. Mais quelques kilomètres plus loin, les ornières, les trous, les dos d’âne, … apparaissent et avec eux les secousses dans tout le camion. De plus, ici au Kenya, il y a énormément de camion sur les routes et la conduite se fait à gauche. Pour chaque dépassement, nous devons vraiment nous déporter sur le côté pour espérer voir quelque chose, souvent toute la famille donne son avis « ça va, après le camion tu peux y aller, encore trois voitures et puis c’est bon,  … ».  Laurent se perfectionne encore dans la conduite du camion, après les petites rues des souks, les boulevards encombrés du Caire, les ponts trop bas, la circulation en sens inverse sur les autoroutes en construction en Syrie, les demi-tour, les pistes trop étroites ou trop basses, la conduite dans le sable ou sur les blocs de lave, …, voici maintenant la conduite à gauche. Il s’en sort à merveille et toujours avec énormément de calme et de patience.  Voilà nos derniers kilomètres au Kenya. Un Kenya que nous aurons traversé du Nord au Sud et de l’Est en Ouest mais un peu en dehors des grands classiques tels que le Massai Mara, le Tsavo, l’ascension du mont Kenya (que nous avons tout de même bien vu dans le Solio Ranch et dont vous avez un apperçu ci dessous), un magnifique trekking et encore certainement plein d’autres. Comme nous disons souvent en sortant d’un pays, il faudra revenir ….
PS : Nous souhaitons un bon anniversaire à Evelyne, Willy et Françoise

9 réflexions sur « Le Kenya du Nord au Sud et de l’Est en Ouest »

  1. Coucou les amis !

    On suit, on suit, … vous faites des pas de géants !
    Et dire qu’on parle de l’Afrique comme s’il s’agissait d’un seul bloc … Que de paysages, que de couleurs et lumières, que d’horizons, que de vie et de visages !!!

    Bon après 3 semaines d’interruption de volley ça a repris ! C’est bien pour plein d’autres raisons que le sport car pour moi c’est le moment ou j’avais pris l’habitude de me brancher sur 7àvivre . Eh oui ! Le tout c’est d’être sortie avant le retour de Domi , sinon on revisite le tout à 2 et nous voici partis en voyage avec vous, on rêve, on visite on découvre, on projette … mais alors le jeudi matin à 6h30 le démarrage est un peu dur …

    Beau et bon voyage à tous les 7 on vous fait plein de bisous,

    Continuez à nous raconter plein de trucs , toutes ces choses de votre quotidien qui n’ont justement rien d’ordinaire ! Est-ce qu’il n’y avait pas été question d’un chapitre sur la « gastronomie » de la famille d’aventuriers traversant l’Afrique du Nord au Sud en faisant des détours un peu à l’Est un peu à l’Ouest ? Ce doit être une aventure en soi à certains moments non ?

  2. Hello les 7 qui ne nous donnent plus de nouvelles !
    Faut qu’on vous flatte ou quoi ? Moi, perso, je ne veux pas faire l’hypocrite hein ! Quand même, quand on lit vos récits… C’est vrai quoi, vous n’en avez pas marre de péter votre camion et de recoller les morceaux avec de la Super glue ? Non mais, ce n’est pas sérieux ça ! Et si un ryno., un peu mal luné, venait vous chatouiller les orteils, il y aurait encore une ou deux armoires qui seraient chamboulées dans votre baraquement.
    Bon d’accord, vos photos d’animaux en font rêver plus d’un : Constantin, grand connaisseur des animaux, demande à Augustin quelle espèce de zèbre c’était. Et puis, voir des guépards et des léopards, c’est trop cool comme dirait Ivan.
    Et puis, un tout grand bravo à toi Guilhem. Ta fiche sur la Jordanie est géniale. Dis un peu à tes grands frères qu’il est grand temps qu’ils se remettent au travail pour nous en faire une ou deux sur les pays que vous traversez.
    … D’accord, j’avoue que je suis toujours rassurée de lire que vous arrivez à vous tirez d’affaire. Je vois aussi que votre bonne étoile vous envoie de nombreux voyageurs qui savent manipuler la pelle ! En tous les cas Laurent, quand tu reviendras en Belgique, tu auras tellement creusé que tu pourras sans problème ajouter une seconde cave à ta maison, au Trichon !
    Ici, on parle un peu moins de la politique belge. On parle surtout du Japon. Et le temps devient printanier sur le vieux continent et les gens s’agitent dans leurs jardins (Tu vois Laurent, Patrick s’occupent même de tes vignes…)
    Bon, et ici, chez les Kozy’s , tout va très bien. Les trois grands étaient en WE louveteaux. Et le We prochain, ce sera Ivan qui enfilera son uniforme.
    Au plaisir de vous lire et de vous suivre dans votre périple,
    Ne tardez pas à nourrir ce site… Et Béné, quand est-ce que tu reviens pour nous préparer une tarte au citrons ?
    Amitiés,
    Les K

  3. Coucou les 7àV, nous sommes le 21, c’est le printemps, et pas de newssssss? C’est pas gai, j’ai hâte de vous lire! bisous Béné à toi et aux tiens

  4. EH OH – OU ÊTES VOUS ?

    Plus âme qui vive sur ce site (? Y a-t-il eu un tremblement de terre ? Un tsunami ?
    Est-ce le printemps qui vous sort de derrière vos PCs ? Les 7AV ont ils été dévorés par un troupeau de lions affamés ?

    Les petites news d’ici, c’est que on a commencé à enlever les vignes pour laisser passer le collecteur, et que celles qui restent vont se faire chouchouter… J’ai déjà passé les tiennes (celles de Laurent) à la bouillie bordelaise, mais il faudra encore y passer un peu de temps pour qu’elles soient vraiment bien parties pour la saison…

    Bonne journée à tous !!!

  5. Salut les sept!
    Nous vous suivons toujours avec grand plaisir et un peu de nostalgie… Vous nous donnez vraiment envie de repartir!
    A bientôt,
    Denys et Mylène

    Le seul vrai risque, c’est de ne pas avoir osé.

  6. Chapeau les enfants! Quel travail d’équipe!!

    Deux éclaireurs/rabatteurs, un photographe et deux spectateurs (il faut bien que le spectacle soit donné pour quelqu’un). Superbe résultat. Les photos sont somptueuses!!!

    En ce qui concerne votre camion, encore merci à tous ces compagnons temporaires de route qui partagent votre vécu dans les bons moments comme dans les moments plus difficiles.

    C’est gai d’avoir beaucoup plus souvent de vos nouvelles; en plus moins stressantes…
    Vous avez ainsi pu reprendre possession de votre propre blog (sic…)

    A très bientôt j’espère,

    IMNNGL

  7. Vendredi, le 11 mars 2011.

    Bien chers Bénédicte et Laurent,
    Heureux enfants chasseurs … d’images,

    Déjà que vous perdez des morceaux de votre camion,
    de votre cuisine, de vos armoires, de vos fenêtres,
    que vos compagnons de voyage perdent leur alliance,
    que l’on vous retrouve au bout d’une piste et
    que vous allez retrouver de la route asphaltée,
    vous osez parler de
    « ces 20 derniers km de tôle ondulée qui achèvent le camion »
    alors que l’on voit sur la photo dans votre article
    les vrais Saint-Bernard,
    les vrais petits Suisses,
    les gars de la Croix Rouge,
    les vrais dépanneurs-ouvreurs de piste,
    vous attendre avant l’enterrement du camion.

    Alors là, c’est à en perdre la tête !
    Non pas une de ces drôles de tête vues au Kenya.

    Regretteriez-vous nos bons pavés du Nord ?

    Les vrais « eeuwenoude kinderkoppen ».
    A votre retour, vous pourriez
    passer par Paris – Roubaix !
    Croyez-vous que nos (auto)routes sont en meilleur état ?
    Demandez à notre ministre « décapsuleur de bouchons ».

    De quoi vous plaignez-vous ?
    – La conduite à gauche ?
    – Les moustiques ?
    – Vous vouliez vous baigner et vous vous embourbez ?

    Et alors, ce n’est rien tout cela à côté
    des plaisirs de votre expédition !
    Rien ?
    La question reste posée : ceux qui n’ont rien …
    aimeraient avoir un p’tit rien.
    Alors qu’avec rien on peut déjà faire beaucoup.
    Pas avec moins que rien, mais pour trois fois rien
    vous pouvez déjà acheter quelque chose !

    Alors faut-il donner aux pauvres ?
    Il faut surtout leur donner de quoi sortir de la pauvreté
    et ne pas les laisser dans une sorte de dépendance
    humanitaire permanente qui les empêche de s’en sortir.

    Quelle chance vous avez eu de faire
    cette découverte du parc Solio Range.
    Nous avons déjà aperçu les photos de vos
    amis Franziska et Gerry à ce sujet, en attendant les vôtres.:-)
    Ils semblent très passionnés par cette découverte animalière
    et vous avez certainement dû vivre des moments mémorables.

    Nous aimons beaucoup la phrase de votre rédac’chef :
     » C’est donc avec optimisTe que nous nous mettons en route ».

    La coquille est révélatrice du caractère du
    chauffeur expérimenté qu’est devenu Laurent :
    optimiste et souriant.

    Allez, à bientôt pour vos photos du Kenya et
    les articles promis …

    REVER ERIAF SUON A ZEUNITNOC dans tous les sens !

    Nous vous embrassons.

    Françoise et Alain

    PS
    Merci à votre chroniqueur quotidien Jean-Seb pour ses encouragements.
    Raymond était un « grand » et nous ne pouvons que l’admirer.

  8. Mouais… Boooaarrff. Pô mal. Mmmhhh. Allez, c’est chouette toutes ces bestioles… Dites, c’est quoi ces espèces de chevaux mal repeints? Et ces trucs à quatre pattes blindés avec leur drôle de pif ridicule? Grotesque…

    Quoi? Blasé? Moi?? M’enfin. Bon. Peut-être un peu. Mais c’est la faute des Claes, aussi. A force de nous en foutre plein la vue avec leurs récits et leurs photos, maintenant ils mettent des vidéos aussi. Ils ont tout fait, tout vu, tout vécu, TOUT j’vous dit! Les montagnes à 4000m, les volcans en activité, les promenades sans GPS avec un porte-flingue sur les genoux et un autre sur le toit, maintenant c’est tout un zoo en goguette qui est venu poser devant leur objectif. Moi je dis: qu’est-ce qu’ils vont devoir faire maintenant pour qu’on fasse la hola devant notre PC?

    Allez, allez, je déconne. C’est bluffant. On se réjouit de voir les photos. Entre-temps, je m’en vais suivre les bons conseils des Made in Gistoux et faire un tour sur le site des p’tits Gervais.

    Bonne route… enfin, bonne piste… Et à tout bientôt.

  9. Super !

    et maintenant, on veut l’histoire de la bagarre à la frontière Ougandaise ou Laurent a mis le camion en travers de la route tant qu’on ne le laissait pas passer. Il parait qu’ il a fait un peu co-cause au commissariat…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *