Archives de catégorie : Non classé

Laurent dans les Souks …

La Syrie, super !  Un gros problème : ils n’indiquent pas lorsqu’un camion ne peut s’engager dans une rue … Laurent le téméraire n’a peur de rien au volant de son bolide.

Le demi-tour à Monaco n’était qu’un petit échauffement. Eh, oui, on a dû faire demi-tour dans les souks de Homs. C’était déjà un exploit de prendre la route ci-contre. Mais, lorsque qu’on nous a annoncé que cette rue (à sens unique) allait se rétrécir au point qu’elle ne serait plus assez large pour passer, vous imaginez l’embouteillage …

A ce moment, avec 50 personnes autour du camion et 10 véhicules qui klaxonnent car ils veulent passer, un gars nous a dit :  » Don’t worry, all the people around you are here to help you.  Drive slowly, be calm and everything will be OK ! ».  Nous avons donc repris cette rue, à contre sens cette fois … et tout s’est effectivement bien passé !  Et cela, après avoir tenté de rejoindre le centre d’Alep la veille au soir, où on nous avait annoncé la même chose (la rue qui va se rétrécir au point de ne plus pouvoir passer), heureusement cette fois-là, la rue était déserte … ce qui nous a permis de rencontrer (et d’aller boire un verre) chez de sympathiques habitants, à quelques mètres de la citadelle.

En compagnie de Nasser (qui nous pris par la main juste par sympathie), nous avons admiré Alep, ses Souks (sans camion cette fois), découvert le dernier artisan Syrien imprimant sur des foulards, mangé dans un resto avec vue imprenable sur la citadelle et la grand mosquée et finalement pu acheter le fameux savon d’Alep.  Un grand merci à lui !

Nous nous sommes ensuite retrouvés au temps des croisades dans le majestueux « Krak des Chevaliers », avant de prendre la route pour le désert.  Une première expérience pour les enfants qui rêvaient de bivouaquer au milieu de nulle part et de faire un feu !

Ils nous ont préparé un fabuleux repas avec des crêpes au fromage suivi d’un thé, le tout chauffé sur une pierre et du bois qu’ils avaient ramassé au fil du temps en prévision de cet instant.

L’arrivée dans le désert, un paysage merveilleux et fort différent de ce que nous avions vu auparavant avec des routes rectilignes sur des centaines de kilomètres, quelques tentes de bédouins et des extractions pétrolières.

Soudain, derrière une colline, nous avons aperçu l’oasis de Palmyre.  Cette ville, au milieu du désert, était un lieu de passage idéal pour le commerce entre l’orient et l’occident.  De majestueux temples datant du début de notre ère y ont été érigés.

Et pour finir, l’immanquable (d’après les guides), le coucher de soleil sur les ruines … on vous en fait cadeau !

Syrie

Maintenant, on est vraiment perdu !

  • Peu d’internet
  • On ne sait plus lire les panneaux routiers,  quand ils sont présents …
  • Les pièces de monnaie locales ne portent même pas d’inscriptions en chiffres arabes … ici, ils utilisent les chiffres indiens !
  • Plus de GPS (en gros, il a encore l’équivalent des autoroutes en Belgique, sauf qu’elles sont situées sur la carte à environ 1 km d’où elles sont dans la réalité)

En parlant d’autoroute, nous en avons emprunté une en construction, en demandant d’un signe de tête à un chauffeur de bus ce qu’il en pensait et visiblement, la même chose que nous : on va voir ! Et effectivement on a vu, il y a des tronçons terminés, d’autres pas encore tout à fait (dans ce cas, on peut rouler plusieurs centaines de mètres dans du gravier), des joueurs de foot, des vendeurs qui placent déjà leur échoppe sur la berne centrale, des motos, voitures, tracteurs, avec ou sans phares qui roulent soit sur la bonne bande, soit en sens inverse et … aucun accident à signaler. Bien entendu, pour monter ou descendre de l’autoroute, il faut franchir un tas de gravier que tout le monde franchit sans trop se poser de questions, même si on abime un peu son bas de caisse.

Pour le reste, les Syriens sont très très accueillants, adorent le klaxon, nous offrent le thé à toute heure de la journée.

Une petite idée des prix en Syrie

  • Le thé : en général, offert.
  • Le carburant : 30 cents/litre
  • Le repas au resto : 5 Euros
  • Le prix d’une entrée de site touristique : 2€50 pour les touristes, 25 Cents pour les locaux.  Heureusement, les enfants sont gratuits !
  • La petite bouteille de 2.5 litres de soda : 40 cents (j’avais dis 60, mais on s’était fait un peu avoir …)

Pour ce que nous avons pu visiter à ce jour : le Chateau de Saladin, magnifique et accessible par une route de montagne dont Béné se souvient et s’en rappellera encore des années, les villes mortes de Al Bara et Sergilla datant du Vème siècle, le monastère de St Siméon (qui est resté 40 ans à prêcher sur une pilasse !).  On a voulu aussi tester les plages désertes, mais avons dû partir, car interdit d’y passer la nuit, dommage …

Sinon, on rencontre aussi pas mal de touristes, très sympathiques : un groupe de Liégeois, deux flamands voyageant  chacun en solitaire, un jeune couple originaire de Tourinnes.  Voilà pour nos compatriotes.  Mais aussi, des Autrichiens, des Français, des Australiens et des jeunes Syriens en excursion scolaire

Nous aussi, nous avons gratté notre pare-brise …

Pour rassurer Jean-Sébastien, nous n’avons pas eu 10° mais -3° au réveil ce lundi matin. Mais peu importe, nous avons passé deux excellentes journées en Cappadoce. Si il y a une région à conseiller en Turquie, c’est bien celle-là. Nous avons, dès l’aube, voyagé dans la vallée rose sur un petit sentier entre les rochers, les grottes, les maisons troglodytes et les vignes. Après une petite pause cathé pour Hubert, nous avons parcouru le pays des fées et leurs cheminées. Et nous avons terminé en admirant le coucher du soleil ainsi que la vue imprenable du haut de la citadelle d’Uchisar. Le lendemain, nous sommes descendus dans la ville souterraine de Kaymakli et ses labyrinthes qui s’étendent sur plusieurs km et qui comporte 8 étages ! La journée s’est terminée par une après midi dans la vallée de Soganli avant de remonter sur les hauts plateaux.

Deux journées extraordinaires, sans compter tous les visages souriants, toutes ces mains levées pour nous saluer, des personnes charmantes prêtes à nous aider ou à nous donner ce qu’ils avaient en geste de sympathie.

Bonnes Vacances !

Elles approchent et comme l’on voit qu’il y a trois fois plus de lecteurs les jours de semaine que le WE (je n’arrive pas à savoir pourquoi …), nous voulions vous souhaiter d’excellentes vacances avant votre départ vers un repos bien mérité !  De notre côté, nous allons visiter la Cappadoce en suivant les conseils de notre chroniqueur quotidien (comme quoi, vous pouvez influer notre périple) et vous savez quoi, pour la première fois depuis début Août, voici ce que les prévisions nous annoncent … la fin des précipitations !

Nous allons enfin pourvoir sécher un peu et pour ceux qui cherchent une destination pour la semaine prochaine, n’hésitez pas à nous rejoindre : Syrie ! Ci joint le paysage ce matin à l’est d’Ankara.  Suivi de quelques images de ce que nous avons pu voir cette nuit …

Profitez un maximum de ces prochains jours !

Amitiés

Béné, Laurent et les enfants.

La fin de l’Europe …

Tout d’abord, bravo à Jean Sébastien et Jean Philippe pour avoir trouvé l’utilité de l’étrange machine.  Il s’agit effectivement d’une machine à laver (les tapis).  C’était très amusant de faire varier les débits de l’eau en jouant avec les différentes « vannes » en amont et de la tester avec une serviette de bain.  Pas évident de repêcher le linge dans le bouillon (environ un m³ d’eau !).

Nous sommes ensuite allés voir les « Météores », des roches qui jaillissent du sol (elles ont plutôt été crées par l’érosion, mais bon …) sur lesquelles des moines ont construit des monastères (qui datent du XIIème siècle).  Il y en avait 24 au total, mais seulement 6 sont encore en état et habités.  Endroit magnifique !

Nous sommes alors remontés vers le nord-est de la Grèce et avons  dormi sur le bord de la mer Égée.  Nous avons même eu la chance d’apercevoir des dauphins au lever du soleil.  Hier, nous avons rejoint la Turquie et Istanbul, grande ville où l’on trouve des guides pour nous aider à visiter, des marchands de tapis, … et des touristes à tous les coins de rue.  Nous avons visité le quartier autour de la Mosquée Bleue, Sainte Sophie et pu flâner dans les rues.  D’après les enfants, les mosquées étaient magnifiques.

Nous sommes finalement repartis en direction d’Ankara après avoir franchi le fameux pont séparant l’Europe de l’Asie.  Impressionnant !

Nous voilà donc en Asie depuis hier soir !