Archives par mot-clé : Catamaran

A huit pour deux semaines

L’arrivée en République Dominicaine fut escortée par un navire jusqu’à la marina de Casa de Campo, interdiction formelle même pour le capitaine de poser le pied à terre tant que Capture 21.48.24 les formalités d’entrée ne sont pas terminées. Nous attendons l’arrivée de 5 personnes qui montent toutes sur le bateau pour y remplir une tonne de documents et demander chacune à leur tour leur dringuelle … quelques dizaines de dollars chacune (pêche, agriculture, environnement, …)  en plus des traditionnels frais de douane,Capture 21.45.47 navigation et immigration.  On savait également qu’il était de tradition de leur donner des petits cadeaux tel que du rhum ou autre. Les enfants leur avaient préparé un délicieux gâteau qu’ils ont apprécié et rapidement terminé. Nous étions ruinés mais entrés en République Dominicaine. Notre première escale à Casa de Campo nous plonge dans le luxe, la grandeur et le Capture 21.50.44surréalisme. Il s’agit en fait d’une réserve à riches. Les propriétés toutes plus grandes les unes que les autres sont construites dans une grande zone privée parsemée de plusieurs terrains de golf. Ici tout le monCapture 21.52.16de se déplace en voiture de golf excepté les locaux qui entretiennent les jardins et les gardiens qui sont ramassés le long des routes par un bus. Ils ont même Capture 21.46.35construit Altos de Chavon, un village médiéval européen avec ses maisons, sa place, son église et son amphithéâtre. Le tout surplombant la rivière et toujours les terrains de golf. De l’autre côté de la barrière, il y a la vie dans les rues, les petits vendeurs d’avocats, de fruits et de boissons fraiches, les laveurs de pare-brise, …. C’est ici que nous accueillons le huitième « sept à vivre ». Capture 21.50.12 Thierry, notre surprise, partagera notre vie durant deux Capture 21.53.19semaines. Nous quittons cet endroit privilégié pour rejoindre Isla Catalina, ses maisons colorées et son sable blanc. Thierry se met très vite au rythme de la voile et des journées sur le bateau composées de lever sous le soleil,Capture 21.52.59 d’un peu d’étude, de jeux dans l’eau, de discussions avec les douaniers pour obtenir un « despacho » de sortie, Capture 21.54.02de soirée guitare ou discussion.  Ensuite, c’est Boca Chica et ses plages touristiques qui nous retiendra quelques jours. Et oui, à nouveau un douanier un peu pénible n’aime pas les méthodes de Laurent et son désir de naviguer de nuit. La navigation de nuit étant indispensable Capture 21.55.02pour arriver de jour au prochain mouillage.  Le premier soir, le douanier nous fournit un papier incomplet où la liste des passagers n’est pas correcte. Pas possible de partir et il est déjà 18h00, les bureaux sont fermés, ce sera pour demain. Toujours désireux de vouloir naviguer de nuit, nous profitons de la journée pour découvrir la cuisine locale, ses poulpes et poissons fris et visiter Santo Domingo, …..sa place Saint-Marc, Capture 21.21.11sa cathédrale et sa rue principale. Thierry et Laurent rentrent plus tôt pour obtenir le « despacho » durant les heures de bureau, l’obtiennent et déplacent le cata pour montrer qu’on s’en va. Deux heures plus tard, ils reviennent au mouillage pour embarquer les autres « sept à vivre » et dire au revoir à Grégal avec qui nous voyageons Capture 21.25.08depuis près de deux semaines … Pas le temps de sortir une dernière bière, le douanier est déjà là reprenant notre « despacho ». On ne partira de nouveau pas ce soir mais cela nous offrira une soirée de plus avec Carole, Laurent, Claude et Raphaël.      Le lendemain, ce n’est que vers 11h00, que nous obtiendrons le papier de sortie.  Nous serons obligés de quitter Boca Chica dans la minute, le douanier (Marina de Guerra, en charge de tout se qui se passe sur l’eau) observant sur le ponton notre départ (ben oui, ils ne sont pas équipés de bateaux et doivent demander à un pêcheur si ils souhaitent nous aborder). C’est donc au milieu de la nuit que nous entrerons dans la baie de Salinas. La nav fut longue, de plus le vent n’était pas vraiment avec nous. Mais grâce à cela, Thierry a découvert la nage sous le bateau en pleine mer des Caraïbes. Capture 21.56.16Mais attention quand le vent reprend et que le bateau  accélère.  il faut se cramponner et Guilhem y a presque laissé son maillot. Nous poursuivons avec un léger vent arrière qui nous permet d’installer le spi jusqu’à la tombée de la nuit.  Au réveil, nous découvrons une immense baie toute calme (excepté la nuit où les bars font hurler leur musique jusqu’à minuit) encerclée par des collines. Nous nous lançons dans une expédition pour un bon ravitaillement jusqu’à la ville la plus proche en empruntant  les bus locaux, tous équipés de Wi-Fi. Ici, le bus est aussi livreur de plat chaud, il s’arrête une fois pour prendre des passagers, une fois pour distribuer l’un ou l’autre repas. Capture 21.30.27 Salinas porte bien son nom, nous visitons au coucher du soleil son exploitation de sel fermée depuis quelques mois seulement. Magnifique Capture 21.31.20décor au milieu des bassins reliés en être eux par des allées de rail et de chariots. On a aussi eu notre bataille de boules de neige. C’est là aussi que nous achetons dans le fond d’un abri au milieu des petites ruelles qui dessinent le village des langoustes pour le repas du lendemain. C’est ensuite vers l’Isla Beata que les vents nous emmèneront. Isla Beata, une petite ile abritant jadisCapture 21.35.17 une prison (comme de nombreuses petites iles) et habitée aujourd’hui par quelques familles de pêcheurs. Ils sont en train de griller Capture 21.36.27des étoiles de mer pour les mettre dans leurs casiers pour attirer les poissons.   Ici, les douaniers sont beaucoup plus sympas et viennent boire un verre et discuter un peu sur le cata. Heureusement que Thierry est là car en RD on ne parle plus que l’espagnol. Capture 21.37.16De là nous rejoignons lCapture 21.48.25’immense plage de la Bahia de las Aguilas. La mer est magnifique Capture 21.41.52et ses couleurs magiques.  C’est ici qu’Aymeric s’entraine à marcher sur l’eau.  Du haut du mirador nous observons d’un côté les falaises et de l’autre la mer qui nous emmènera jusqu’à Haïti. En effet, la RD et Haïti se partagent le même ile d’Hispagnola. Haïti, pays qui fait peur à de nombreux voyageurs au niveau sécurité et état sanitaire.  Seule l’ile à vache est une escale recommandée pour les voyageurs. Au lever du jour, caCapture 21.04.28r comme d’habitude nous y arrivons de nuit, nous sommes rejoints par les locaux sur leur barquette nous proposant à tour de rôle divers services.  Nous essayons de prendre le temps de les écouter tous, chouettes rencontres!  Les deux jeunes qui nous emmènent chez le médecin pour Thierry (la vie sur un bateau, ça amène son lot de petits désagréments) et nous montrent leur maison, le jeune qui doit rejoindre Les CayesCapture 21.12.14 pour aller à l’école et qui fera la traversée avec nous fier de naviguer sur un cata, le vendeur de langoustes heureux de nous montrer sa maison et ses enfants, le boulanger qui nous fera visiter toute son installation, les enfants qui nous emmèneront sur les sentiers de l’ile pour rejoindre le lieu dit de Capture 21.07.35Madame Bernard mais qui se transformera en traversée de marécages dans lesquels nous nous enfoncerons jusqu’aux genoux pour rejoindre les plages de la côte d’en face, Capture 21.08.52les enfants qui joueront un match de foot avec Augustin, Guilhem et Aymeric, le président de l’association des pêcheurs de l’ile à vache qui a des idées mais très peu de moyen pour aider ses voisins. Capture 21.12.58Et puis il y a Doudou et sa femme Vilna  qui nous recevront chez eux pour un excellent repas. Tous les enfants joueront ensemble Capture 21.32.34bisà la marelle tandis que leur fille ainée Sanise explique à Béné comment préparer du poulpe. Il y a aussi ce pêcheur fâché car on lui a cassé son filet qu’il tirait à travers la baie et au dessus duquel nous sommes passés à deux reprises. Haïti c’est aussi ces magnifiques barques creusées dans un tronc d’arbre ou ces petits bateaux à voile carrée confectionnée et rafistolée à partir de petits morceaux de voile. Capture 21.29.21Haïti c’est aussi la ville des Cayes, avec son magasin « Digicel » bien gardé par un Capture 21.27.10homme armé mais qui n’a même pas le change sur un billet de 1000 Gourdes qui font moins de 20 €. Comme il est écrit dans certains livres pour voyageurs : « Haïti soit vous l’aimez soit vous la détestez ». Et bien nous, on a adoré … peut être à cause son ambiance un peu africaine ….

Capture 21.11.26Nous espérons que vos vacances de Carnaval furent excellentes !

La voilier est le moyen le plus lent, le plus inconfortable, le plus humide pour aller dans un endroit où l’on a rien à faire …

Après la pluie le beau temps
Sous un magnifique soleil, nous embarquons tous les copains de Charlotteville sur le cata (au total nous étions 19 petits et grands) Capture 17.05.07Capture 17.05.58pour une journée de snorkeling, pêche, sauts et paddle nautique à Speyside en face de la maison de Jan Fleming

Donne à manger à un homme, il mangera un jour, apprends lui a pêcher, il mangera tous les jours
Après lCapture 06.38.03a leçon de la pêche à la ligne à Chaguaramas, la pêche à la traîne avec Denys ou Anne-Laure, voici la pêche au harpon avec Pascal. Hubert et lui se sont défoulés sur un banc de bourses et en ont tirés au moins une vCapture 06.47.45ingtaine et un lion fish (très dangereux mais tellement délicieux). Tandis que Jeff et Romain s’amusent dans les plus grandes profondeurs ( environ 15 m en apnée) pour tirer de magnifiques langoustes. Toute la baie a dégusté de la Capture 06.51.55langouste au dîner.
Et pour les plus paresseux, il y a la pèche à l’annexe. Lors de notre traversée vers Grenade, un poisson volant a fini sa course et sa vie dans notre annexe suspendue à 2 m de l’eau.

GPS tu auras, géocaches tu trouveras
Capture 06.54.32Nous avons pris notre Iphone et loué une voiture, et sommes partis à la découverte de l’île de Tobago en y cherchaCapture 06.56.23nt ses géocaches. Une ancienne roue à eau d’une sucrerie, une magnifique vue sur la baie de Speyside, la traversée de la forêt, grande réserve naturelle, le gaz de chez NP. Ah non ce ne était pas une géocache mais nous étions en panne de gaz. Et le musée de Fort King Georges avec son phare.

Jamais deux sans trois
C’est faux, nous avions déjà fait deux aller-retour sur Chaguaramas et un troisième nous semblait inévitable. On devait y récupérer une survie qu’on avait envoyé de Belgique via DHL un mois plus tôt et qui s’était malheureusement égarée pendant 4 semaines à Panama. Mais grâce à la persévérance dCapture 08.30.58e Laurent et les mots justes d’Anne-Laure, la survie finit par nous être livrée à Charlotteville. Chouette 3 jours en plus avec les copains.

Bon vent
On dit toujours aux marins, bon vent
Et bien nous l’avons suivi enfin précédé et il nous a emmené à Saint-Georges à Grenade.Capture 08.35.38
Jolie petite ville sur la colline.

La chandeleur
Non, ce n’est pas encore le souper crêpes et pourtant, Capture 08.32.19les bougies illuminent la colline. C’est la fête des Saints. En belgique, nous fleurissons les tombes de chrysanthème, ici à Grenade, ils allument des bougies la nuit tombée. C’est magnifique. Et non, nous n’avons pas mangé de crêpes ce soir là, même si  nous en mangeons régulièrement au petit déjeuner. Béné les réussit mieux que le pain.

Poule dans la maison, éloigne les cafards
Les cafards, une des plaies du marin. Capture 06.43.32Nous hésitons à prendre une poule sur le bateau, mais le choix de la cabine qui l’accueillera est encore en grande négociation. Il nous faudra peut-être un an pour tomber d’accord…mais restons prudents, un cafard en cache 100 autres.

La vie est faite de rencontres

Capture 07.28.26Romain, plutôt discret  car c’est le seul qui travaille (il répare son bateau). Il est aussi excellent chasseur au harpon

Capture 06.45.18Cédric et Kevin surnommé Chouchou et Loulou Chouchou (Cédric) et sa guitare qui en ferait tomber plus d’une
Et Loulou (Kevin), qui passe quelques jours de vacances sur Julie le bateau de Cédric. Il est toujours patient avec les enfants et excellent conseiller en cuisine.
Bruno très zen et toujourCapture 06.38.39s calme et sa chérie, très timide mais au sourire magnifique.
Voici une petite vidéo qu’il a réalisé pour décrire la vie en bateau à sa famille …


Pascal, le vrai vagabondCapture 06.44.04 des mers qui a le bonheur de naviguer également sur un Lagoon 410 (Anne-Laure, tu n’imagines pas le bonheur de naviguer sur un Lagoon ;-))
Tanguy qui aime la mer et Marie qui partage tout (ses recettes de cuisine, ses livres et ses revues) Capture 06.49.31et qui sait même faire le rubic cube
Lou et Lucie et leurs tours de magie. Sans oublier leur chat Moïse

Capture 06.42.16
Pascal et Claudine plein de bons conseils malgré les soucis de santé
Christine (en vacances pour quelques semaines sur le bateau de Jean-François) toujours attentive à faire plaisir et qui fait de magnifiques photos.Capture 06.39.35

Et Jeff qui navigue depuis 25 ans sur un bateau qu’il a dessiné, construit et aménagé tout seul. Il a mille étoiles qui scintillent dans ses yeux quand il vous raconte des histoires ou quand il n’hésite pas a vous lancer des tonnes de compliments.
Et Anne-Laure et ses deux enfants, Arthur 4 ans né sur un bateau et qui même au foot forme son « équipage »Capture 06.40.55
Antoine et ses 8 ans mais déjà expert en annexe et en poissons. Anne-Laure c’est la place du village comme disent nos enfants. Elle a un cœur gros comme ça qui attire toutes les annexes à son cata.

Capture 06.48.43

Merci à chacun d’entre vous pour ces très belles journées passées en votre compagnie.

Ne rien faire et en même temps tout faire

Après deux semaines de grève, le ministère de la communication reprend enfin du service et tente de vous transmettre quelques nouvelles.Capture d’écran 2014-10-27 à 08.44.21Nous sommes partis de Chaguaramas pour rejoindre Charlotteville à Tobago. Vous savez les 80 miles qu’on fait en général à 5 nds et au moteur car les vents viennent de face. Comme nous qCapture d’écran 2014-10-27 à 08.46.07uittons définitivement Trinidad, on en a profité pour s’arrêter aux petites plages renseignées sur la côte et visiter un peu.  Première escale à La Vache Bay. Endroit désert danCapture d’écran 2014-10-27 à 08.48.59s la végétation, il ne reste qu’une petite cabane. Une barque arrive avec 2 hommes à bord, ils nous font signe et repartent, font demi tour et nous offrent deux avocats ( alors que le gouverneur ne nous a même pas encore arrêtés). Capture d’écran 2014-10-27 à 15.06.08 Le lendemain, nous jetons l’ancre à Maracas Bay. Une des plages locales de sable blanc, avec palmiers et surveillance digne des Etats-Unis (Gardes-côte, zone de baignade, et bouées qui s’allument dès le coucher du soleil, impressionnant pour une plage déserte).  Toute la journée, nous jouons, sautons, nageons, surfons dans les vagues et dire qu’on fait ça pour le plaisir!!!  Une magnifique journée pour fêter l’anniversaire d’Aymeric (merci à tous ceux qui ont pensé à lui, Capture d’écran 2014-10-27 à 15.08.08ça lui a fait SUPER plaisir !). Ensuite, nous mouillons à Las Cuevas, une magnifique plage à côté d’un petit village de pêcheurs. Guilhem et Béné Capture d’écran 2014-10-27 à 15.09.57les accompagnent à la pêche aux crabes. Ils reviendront avec au moins 50 piqûres de yen-yens sur chaque jambe. Les yen-yens sont de petits insectes de 2 à 3 mm bien plus agressifs et envahissants que les moustiques. On a tout essayé : courir dans la mer, se tartiner les mollets de sable mouillé, rien à faire, ils se collent à vous et vous sucent votre sang. Seul remède, quitter les plages vers 16h00 avant leur arrivée.  Petite visiteCapture d’écran 2014-10-27 à 15.14.35 du village et de son ancien fort d’Abercromby avec une vue magnifique sur notre catamaran, seul au milieu de la baie … Ensuite un petit soucis :  remonter dans l’annexe pour rejoindre le bateau. Malheureusement, il y a énormément de houle (conséquence de Gonzalo qui a sévit uCapture d’écran 2014-10-27 à 15.13.02n peu plus dans le nord) près de la plage et la nuit est déjà tombée.  Hubert essaye de se rapprocher un maximum pour qu’on ne soit pas trop mouillé et là un énorme rouleau se forme et se referme sur l’annexe, Capture d’écran 2014-10-27 à 15.13.24la remplissant d’eau et la poussant sur la plage avant d’avoir eu le temps de remonter le moteur. Vite, on rassemble tous les tee-shirt et les tongs et essayons d’analyser la situation. Petit stress, chacun a une idée différente et rien ne va. Finalement, tous trempés jusqu’aux os, nous arrivons à vider l’annexe de son eau, à la soulever pour dégager le moteur et à bien gérer notre remise à l’eau entre les grosses vagues arrivant toujours par cycle. Capture d’écran 2014-10-28 à 07.30.43Au réveil, le lendemain, les vagues sont encore plus grosses, elles sont presque aussi hautes que les postes de secours. Nous n’osons plus aller à la plage et partons pour Charlotteville. La mer est belle et le soleil est là, seul le vent ne collabore pas et nous arrive debout.  Lentement, nous progressons et c’est vers 22h00 que nous entrons dans la Pirate’s Bay. Mouillage de nuit comme d’hab. Capture d’écran 2014-10-28 à 07.42.06On y retrouve Catanelo ( Anne-Laure, Antoine et Arthur) et très vite faisons connaissance de Jean-François et Christine, de Cédric et Kevin (surnommés Loulou et Chouchou).  Avec eux, nous partons en balade pour rejoindre les antennes situées au sommet de la baie.  Nous terminons la balade à travers Capture d’écran 2014-10-28 à 07.43.33tout, à la machette dans la forêt tropicale, avant de découvrir la magnifique vue la mer et le London Capture18.28.39Bridge. Dimanche, nous embarquons tout ce petit monde sur Septavivre pour rejoindre Bloodybay et son festival « Blue Food » (le Jyva’zik du coin). C’est dingue, chez nous, nous mettons des canons à chaleur, ici les gens se bousculent devant de drôles de boîtes (Savez-vous ce que c’est??). Capture18.30.14C’est dommage, il fait tellement chaud que tout le monde à l’air un peu endormi et nous n’y trouvons pas une grande ambiance.  Au retour, les enfants pêchent et cela mord. Trois beaux et bons poissons.

Capture18.29.25Ici, à Charlotteville, il fait calme. Quelques pêcheurs sur leurs barques ou au ponton, une petite épicerie, une bibliothèque avec internet et la clim où l’on aime aller pour faire l’école.   On y trouve aussi Lucie et sa petite échoppe de fruits et légumes, un terrain de foot et un petit bar. Quelques bateaux dans la baie et les pélicans qui piquent du nez pour plonger et attraper un poisson. De temps à autre nous apercevons un dauphin, une tortue, …et puis il y a aussi les courses, les repas, les lessives, l’école, les petits soucis à régler, le remplissage des réservoirs d’eau, les petits travaux sur le bateau, les discussions avec les autres, les petits jeux avec les enfants, la pêche et le nettoyage des poissons, les conseils Capture18.45.13des uns et des autres, et le temps, le temps de regarder un coucher de soleil ou encore les enfants se débrouiller avec l’annexe,… Béné apprend auprès d’Anne-Laure à préparer des filets de poissons panés ( elle pourra bientôt se recycler et postuler dans une poissonnerie) et ensuite elle invite tout le monde ainsi que Pascal et Claudine (nos voisins directs) pour le repas du soir. Rentrée au bateau, Laurent lui annonce qu’on n’a plus d’eau et qu’on part avec le bateau au ponton pour faire le plein ( de nuit bien sûr). Tout le Capture18.48.59monde va arriver. Mais vous connaissez Laurent , une fois qu’il a décidé d’aller au ponton, rien ne peut l’arrêter. Nous slalomons guidé par Hubert à bord de l’annexe entre les bouées et toutes les barques des pêcheurs rentrés pour la nuit.  Pendant ce temps, tous nos invités Capture18.19.30s’étaient regroupés et se demandaient bien où nous avions disparu et quel cousin du lièvre nous avions posé (et oui sur un bateau on ne parle jamais de cet animal aux grandes oreilles). Heureux de nous voir revenir assez vite alors qu’ils prenaient déjà de l’avance sur l’apéro, ils passèrent, et nous aussi, une très bonne soirée. Après l’un ou l’autre jour plus gris voire même très pluvieux (ci-dessus, la vue de notre bateau) où l’on remplit la Capture18.46.13salle de cinéma, voici à nouveau de belles journées qui s’annoncent.

Suite au prochain épisode …. Et merci de nous suivre.  Ne faites pas grêve, svp, on adore vos commentaires.
Voila, ne rien faire et en même temps tout faire.Capture d’écran 2014-10-27 à 15.09.31

PS1. Nous avons lu vos inquiétudes au sujet de la gratte des poissons et pouvons vous rassurer on ne se gratte qu’à cause des moustiques. Par contre, une fois passés la Martinique, nous abandonnerons nos concours de pêche.

PS2. Gonzalo a été très violent et a détruit des centaines de bateaux à Saint-Martin. Nous suivons l’activité cyclonique de près et c’est pourquoi nous trainons sur Trinidad et Tobago.

PS3. Les enfants en rêvent depuis longtemps.

PS4. Bonnes vacances à tous

Sept à vivre : au boulot …

Comme Charles, les Sept à vivre ont dû travailler dur cetteCapture d’écran 2014-10-14 à 07.14.20 semaine.  En effet, après ces 2 aller-retour vers les iles voisines (Tobago et Grenade) , nous nous rendons compte des petits points faibles de notre bateau. Et Trinidad, d’après toutes nos rencontres, est l’endroit idéal pour effectuer quelques travaux. Voici la liste des ministères à mettre en place avant de reprendre la mer.

Ministère de l’énergie : les voiles. SCapture d’écran 2014-10-14 à 06.46.50a mission est de renforcer et réparer le génois ainsi que la grande voile. Il en profitera pour commander un tout nouveau Lazy-Bag.  Cela assurera une plus grande sécurité eCapture d’écran 2014-10-14 à 06.59.00t une manœuvre plus aisée lors des prises de ris.  Incroyable, installés dans un grand hangar au plancher de bois et assis sous le sol, les couturiers de la voilerie travaillent à fond sur toutes nos voiles et en 4 jours seulement le service est opérationnel. Notre bateau est maintenant encore plus beau.

Ministère de la santé : l’eau (besoin vital). Notre consommation en eau potable était anormalement élevée, de plus nous avions des pertes d’eau douce dans certains coffres. Il suffisait de faire un peu de plomberie, remplacer un T et tout était solutionné. Capacité : 800 l d’eauCapture d’écran 2014-10-14 à 07.12.24

Ministère du travail : les moteurs quand les voiles ne veulent ou peuvent pas travailler.  Le moteur tribord sifflait horriblement au ralenti, et pas seulement au ralenti. Cela devenait insoutenable. Un bon entretien s’imposait. Le technicien est resté avec Laurent dans notre chambre jusqu’à 20h au moins pour régler les soucis et expliquer comment entretenir un moteur marin.  Il faisait nuit depuis longtemps quand il est parti …

Capture d’écran 2014-10-14 à 07.24.25Ministère des affaires intérieures : les cordages  pour que tout soit bien relié et efficace.  C’est en montant au sommet du mat à plus de 15 m de haut que le ministre assure le changement des bouts usés (jusqu’à la corde).

Ministère des transport : l’annexe avait une grosse entaille en dessous du boudin bâbord, sa peinture laissait à désirer et une des poignées n’avait pas tenu à l’assaut des enfants. Un peu de main d’œuvre pour achever toutes ces petites réparations.

Ministère des affaires extérieures : Capture d’écran 2014-10-14 à 06.57.40le nom et le logo sept à vivre devenaient indispensables pour reconnaître notre bateau parmi les autres. Ministère un peu lent à mettre en place car pas les bons formats de fichiers, trop de soleil, trop de pluie, pas le week end, … Bref de vrais fonctionnaires ;-).  Mais bon après trois jours, le travail est terminé et nous en sommes très satisfaits.

Capture d’écran 2014-10-14 à 06.47.48Ministère de l’enseignement : les enfants travaillent en moyenne 3 à 4 heures par jour excepté les week end et les jours extraordinaires.

Capture d’écran 2014-10-14 à 06.58.16

 

Ministère des jeux et des loisirs :  piscine à volonté,  jeux sur i-machin et jeux de société.  Les i-bdules font fureur …

Ministère de la pêche : les enfants apprennent à pêcher. Capture d’écran 2014-10-14 à 06.51.06Un soir, Guilhem et Hubert s’installent sur le ponton d’en face et lancent un hameçon avec un morceau de pain ou de jambon. Les pêcheurs se moquent d’eux mais leur Capture d’écran 2014-10-14 à 07.02.50offrent un vrai poisson encore bien vivant pour le découper et l’attacher sur l’hameçon comme leurre.  Ça mord beaucoup mieux. Depuis, chaque jour ils vont pêcher à côté de leurs copains professionnels et reviennent les seaux remplis de poissons pêchés ou reçus.  C’est dingue un jour ils sont même revenu avec des Twix et des pralines au chocolat.  On ne savait pas qu’on attrapait cela avec une canne à pêche.

Ministère du ravitaillement : Petit tour au marché de Port Capture d’écran 2014-10-14 à 07.13.17of Spain pour les fruits et légumes et à nouveau grosses courses au Smart Price. Toute une aventure : 1-trouver un taxi local (sorte de minibus  pouvant prendre une dizaine de personnes qui montent et descendent à tour de rôle) 2-Capture d’écran 2014-10-14 à 07.18.43L’arrêter au bon endroit 3- Trouver quelqu’un qui possède une carte du magasin (c’est comme au Makro) 4-Remplir deux caddies complets 5-Trouver à nouveau quelqu’un avec une carte pour passer à la caisse 6-Trouver un taxi qui peut embarquer tous nos achats. La voiture était tellement chargée qu’elle touchait à chaque casse-vitesse. 7-Trouver de la place dans le bateau pour tout stocker.  Le principe : une étape à la fois … comme dit le capitaine.

Capture d’écran 2014-10-14 à 07.15.30Ministère des technologies nouvelles : toujours pas beaucoup de développement dans ce service. On va peut-être essayer les oiseaux voyageurs.  Notre meilleur bureau étant le café Feel Oh !

Capture d’écran 2014-10-14 à 07.01.01Ministère des finances : l’exploit faire rentrer toutes ces dépenses dans le budget mensuel autorisé par la carte VCapture d’écran 2014-10-14 à 07.09.02isa.  Hé oui, elle chauffe un peu trop …

Voici le capitaine hissé le long de son mat. Vous trouvez qu’il a vieilli ?  C’est la barbe et un peu de surmenage. Non on plaisante, c’est notre voisin de ponton. Cela fait 50 ans qu’il vit sur son bateau avec son épouse et il a décidé de repeindre son bateau … un petit peu chaque jour …

 

P.S.  On adore tous vos commentaires, ils nous font super plaisir.  On va essayer de mettre de photos sur le site, mais on est encore un peu trop la tête sous l’eau … on quitte à l’instant notre port d’attache de Chaguaramas !