Archives par mot-clé : Lalibela

Ethiopie, un long fleuve tranquille

Après notre aventure au volcan, comme tout le monde s’en doute, on s’est reposé. Reposé, vous êtes fous, on a passé quelques journées à nettoyer tout le camion, intérieur, extérieur («3 petites heures de car wash), inverser les pneus lacérés par les blocs de lave bien coupants (Hubert vous montrera ses cicatrices à notre retour), graisser, changer les filtres, remplir la citerne d’eau, … et terminer par un bien agréable souper traditionnel suivi de la cérémonie du café (très importante en Éthiopie) chez Abel  (que nous remercions encore, ainsi que son épouse pour l’accueil chaleureux), vous vous rappelez, celui qui nous avait trouvé un guide pour nous emmener dans cet endroit hors du temps et hors du monde …

Ceci étant fait, nous quittons Mekele, toujours en compagnie des petits suisses, Franzi et Gerry, en route vers Lalibela (en nous disant tout bas que cette fois, on ne voulait plus faire de piste). Soudain, nous passons sur un pont au-dessus d’une rivière (chose assez rare en ce moment, elles sont toutes à sec). Quelques enfants se baignent en contre bas. Laurent s’avance sur le pont, observe, convainc Franzi et Gerry de perdre 2 ou 3 heures  et c’est parti, nous installons un Death Ride. Les petits éthiopiens regardent les petits « Sept à Vivre » descendre, ils sont assez timides. Enfin, un plus grand se décide, il recommencera plusieurs fois et voilà que les autres essayent. Nous bivouaquerons au bord de la rivière après une super après-midi. Petit exercice de conduite 4×4 pour traverser la rivière et remonter sur la route.  Notre route reprend passant de col en col à travers des paysages magnifiques en nous arrêtons de temps en temps dans les villages pour boire un thé, trouver du pain, … être entourés d’enfants.

C’est avec une grande joie que nous découvrons le site de Lalibela. Durant une journée nous nous promenons parmi les pèlerins à la découverte des différentes églises bien particulière car toutes creusées d’un seul bloc et dont le toit plat ne dépasse pas du sol.

Nous faisons ensuite route vers Addis Abeba pour récupérer un GPS envoyé d’Espagne. Nous quittons avec beaucoup d’émotions Franzi et Gerry après 3 semaines de voyage, d’aventures et de partage. Ils partent vers Djibouti. On les remercie pour leur patience, leur complicité avec les enfants. Ils nous ont attendus, tirés des mauvais pas, préparés de bons repas, … notre vie de famille sera très différente sans eux … et la leur certainement plus calme sans nous …

En route pour Addis, nous passons par le lac Tana (proche de Gondar, la première ville visitée en Ethiopie) et faisons un petit détour pour voir les chutes du Nil Bleu : les sources du Nil !

Après notre passage à Addis, nous rejoignons le lac Langano et sa « Sabana Lodge » où nous vous avons attendu 2 jours pour la chandeleur.  Seuls Franzi et Gerry, refoulés à la frontière de Djibouti, faute de visa auront fait le déplacement ! A Sabana, nous admirerons les oiseaux, nous nous baignerons (y a pas de Crocos dans ce lac) et ferons un peu de kayac et même quelques passes de volley.  Nous profiterons également de la restauration haut de gamme, contrairement à ce que Jean-Sé avait annoncé.

La suite, pistes en direction de la vallée de l’Omo avec une halte à Jinka, dernier village

avec du macadam, mais sans ATM, ni station service avant un petit moment …

P.S.  Furaha ya kuzaliwa kwa Maud, Stéphanie na Gaëtan.