Archives par mot-clé : Palmyre

Le désert !

Le camion ne passant pas partout, on l’a échangé contre un modèle réduit.  On cherche encore une remorque pour mettre Aymeric (Béné pourra prendre la place du chauffeur).

Notre cher ami nous a bien entendu offert le thé.  Un moment bien sympa où l’on apprend que les enfants font « Whoua Whoua » quand ils ont mal et qu’il faut alors leur donner un bisou magique …

A Palmyre, nous avons encore rencontré des compatriotes et voisins … nous voilà en train de discuter avec 2 allemands, 2 néerlandais et un belge déjà rencontré auparavant.

Le lendemain, nous nous sommes fait pourchasser par Heidi et Max, deux sympathiques autrichiens déjà rencontrés à Sergilla et qui nous avaient tuyautés sur un super emplacement à Alep où nous avons rencontré deux autres autrichiens, Alex et Magdalena en route pour l’Afrique du Sud, qui avaient un rencart avec deux allemands à Alep, les deux allemands du milieu de la photo que nous avons rencontrés à Palmyre et encore aujourd’hui à Damas. Et tout ça sans GSM.

Entre Palmyre et Damas, nous avons passé deux nuits au calme dans le désert. Même en se croyant au milieu de nulle part, il y a toujours du monde qui passe souvent par curiosité et de temps à autre pour nous rencontrer et nous inviter à boire le thé. Hier matin, nous avons été reçu par des bédouins qui nous ont offert le repas de midi. Un vrai délice. Même les enfants ont adoré, surtout le fait de manger assis par terre et sans couverts. Ce matin, nous avons donc trempé notre pain dans le pot de choco au lieu de le tartiner.

Et la théière fait maintenant partie de notre quotidien. (Théière et casseroles que nous avons acheté au poids pour 300 LS soit 5€).

Les enfants ont adopté la tenue locale.

Les méthodes de remplissage de notre citerne d’eau changent également.  Même en plein désert, ils ont de l’eau et qui coule avec un débit incroyable !

Ce soir, nous sommes à Damas où nous avons visité le palais Azem, la célèbre mosquée des Omeyyades (la plus grande de toute l’Islam), qu’il est de bon ton de visiter avant son pèlerinage à la Mecque, et  finalement le Khan Assad-Pacha.

Laurent dans les Souks …

La Syrie, super !  Un gros problème : ils n’indiquent pas lorsqu’un camion ne peut s’engager dans une rue … Laurent le téméraire n’a peur de rien au volant de son bolide.

Le demi-tour à Monaco n’était qu’un petit échauffement. Eh, oui, on a dû faire demi-tour dans les souks de Homs. C’était déjà un exploit de prendre la route ci-contre. Mais, lorsque qu’on nous a annoncé que cette rue (à sens unique) allait se rétrécir au point qu’elle ne serait plus assez large pour passer, vous imaginez l’embouteillage …

A ce moment, avec 50 personnes autour du camion et 10 véhicules qui klaxonnent car ils veulent passer, un gars nous a dit :  » Don’t worry, all the people around you are here to help you.  Drive slowly, be calm and everything will be OK ! ».  Nous avons donc repris cette rue, à contre sens cette fois … et tout s’est effectivement bien passé !  Et cela, après avoir tenté de rejoindre le centre d’Alep la veille au soir, où on nous avait annoncé la même chose (la rue qui va se rétrécir au point de ne plus pouvoir passer), heureusement cette fois-là, la rue était déserte … ce qui nous a permis de rencontrer (et d’aller boire un verre) chez de sympathiques habitants, à quelques mètres de la citadelle.

En compagnie de Nasser (qui nous pris par la main juste par sympathie), nous avons admiré Alep, ses Souks (sans camion cette fois), découvert le dernier artisan Syrien imprimant sur des foulards, mangé dans un resto avec vue imprenable sur la citadelle et la grand mosquée et finalement pu acheter le fameux savon d’Alep.  Un grand merci à lui !

Nous nous sommes ensuite retrouvés au temps des croisades dans le majestueux « Krak des Chevaliers », avant de prendre la route pour le désert.  Une première expérience pour les enfants qui rêvaient de bivouaquer au milieu de nulle part et de faire un feu !

Ils nous ont préparé un fabuleux repas avec des crêpes au fromage suivi d’un thé, le tout chauffé sur une pierre et du bois qu’ils avaient ramassé au fil du temps en prévision de cet instant.

L’arrivée dans le désert, un paysage merveilleux et fort différent de ce que nous avions vu auparavant avec des routes rectilignes sur des centaines de kilomètres, quelques tentes de bédouins et des extractions pétrolières.

Soudain, derrière une colline, nous avons aperçu l’oasis de Palmyre.  Cette ville, au milieu du désert, était un lieu de passage idéal pour le commerce entre l’orient et l’occident.  De majestueux temples datant du début de notre ère y ont été érigés.

Et pour finir, l’immanquable (d’après les guides), le coucher de soleil sur les ruines … on vous en fait cadeau !