Archives par mot-clé : Puerto Rico

La déprime …

Quel cadeau nous avons eu pour Noël.  On a passé deux semaines vraiment extras avec de trop chouettes copains prêts à tout pour nous rejoindre.  On s’était habitué à tout ce monde sur le bateau. Même comme des sardines danCapture 19.14.06s leur boîte, on était trop bien. Cela nous a fait un bien fou de partager quelques jours avec vous.  Encore mille merci.  Mais quel vide vous avez laissé en partant, on se sentait tout à coup bien seul.  Le 31 décembre, nous mouillons dans la baie la plus sinistre qu’on aie vue jusqu’à présent.  JusteCapture 13.49.17 quelques épaves de bateau comme voisins pour fêter cette nouvelle année qui arrive ! Hubert essayera même d’en tirer les pièces encore utilisables.  Pas de chance, il a juste réussi à casser un tournevis.  Consolation, à minuit, nous avons eu la chance de contempler les feux d’artifices Capture 13.48.34tirés à partir de la terre et ainsi entrer dans la nouvelle année.  Les premiers jours nous ont semblé bien tristes, il a fallu se remettre dans le mode « Sept à Vivre » et reprendre notre itinéraire.  Un dilemme se présente : deux routes sont possible pour rejoindre Panama, point de passage obligé pour le Pacifique. Première option : continuer notre route par le nord et continuer à faire le tour de la mer des Caraïbes dans le sens anti-horlogique  pour rejoindre directement Panama au départ de la Jamaïque ou traverser celle-ci et rejoindre les ABC, les iles hollandaises de Aruba, Bonaire et Curacao avec un passage réputé très très dur en Janvier: le Cabo de la Vela, au large de la Colombie avec des vagues qui peuvent atteindre 10 mètres et des vents de 50 noeuds.  Pesant le pour et le contre de chaque possibilité et surtout notre non décision, nous obterons pour la route du nord. Nous progressons donc par la côte sud de Puerto Rico. Ici, il n’y a plus de belles plages ni de zones touristiques. Capture 13.51.40C’est à chaque fois, en solitaire que nous mouillons. Mais les endroits n’en sont pas moins intéressants. Une nuit au milieu d’un labyrinthe de palétuviers, arbres de la mangrove et zone préférée des lamantins. Bon, Capture 13.55.11nous n’en verrons pas. Ensuite nous nous arrêtons dans une baie tellement calme que l’eau ressemble à un miroir.  Tellement peu de mouvements  que Laurent n’arrive même plus à dormir.  Capture 13.52.38La balade dans le village nous replongera dCapture 13.53.43ans l’ambiance de Noël et même du tour des crèches de Nil. Ici, aussi, les gens installent des crèches et les rois mages devant leur maison. Capture 13.56.55 Juste avant la ville de Ponce, nous irons nous promener jusqu’au phare de l’Isla Caja de Capture 14.05.16Muertos, non donné car la forme de lCapture 14.04.21’ile ressemble à un tombeau. Toute la cote sud de l’ile est une réserve naturelle pour la reproduction des tortues. Et puis, il y a Capture 14.07.53Ponce, et sa célèbre caserne des pompiers. Nous sommes le jour de l’épiphanie, jour férié, ce qui fait que tout est de nouveau fermé. C’est malCapture 14.07.28gré tout courageusement que nous marcherons jusqu’au centre ville pour en admirer sa jolie place. Le lendemain, après avoir fait le plein de diesel, d’essence et d’eau, nos ennuis commencent. Un douanier (ils font partie des copains de Laurent depuis l’Afrique … ) sans doute un peu zelé et un peu au chômage par manque deCapture 14.08.29 bateaux dans la région, nous demande nos papiers.  Pas de chance pour nous, notre permis de naviguer dans les eaux américaines (que nous avait laissé les anciens propriétaires)Capture 14.06.24 est périmé depuis minuit. Il emporte les papiers du bateau et les passeports et nous oblige à passer dans ses bureaux. Après contrôle des nos papiers dans les moindres détails et de très longues discussions, Laurent finit par payer  des frais annoncés au départ à 19 US$ (lorsque le douanier a pris nos papiers) et qui se termineront  finalement à 56US$ … on ne sait trop bien pourquoi.  On avait lu que les douaniers àCapture 14.19.32 Ponce n’étaient pas cool, c’est effectivement le cas !  Le temps de tout préparer pour se mettre en route, un bateau, un monocoque au pavillon français s’approche de nous, de plus il y a un garçon sur le pont. On fait connaissance, il s’agit de Grégal, des amis de Speedy que nous avions juste aperçu à Tobago Cays. Ils naviguent en direction de la République dominicaine et nous aussi. Quelle chance, à nouveau, des copains , tant  pour les parents que pour les enfants. Très vite on se met d’accord sur le programme et c’est ensemble que nous remettons en Capture 14.15.45route. Nous passerons par une jolie petite plage à hauteur de Guanica, une sorte de piscine d’eau transparente dans la mangrove, par le village de La Parguera où les maisons colorés sont construites sur pilotis. Capture 14.17.04Et puis, à nouveau la douane.  Trois hommes en uniforme, au regard froid montent sur le bateau. Le premier enlevant ses lunettes de soleil nous dit d’un ton grave « Do you remember me  ? » Et comment, c’est le douanier de Ponce. (NDLR : Désolés, Béné n’a pas osé le prendre en photo).  Il n’est pas vraiment pas content et d’assez mauvaise humeur.  Ben oui, on avait changé de zone territoriale et on devait prévenir la douane de la nouvelle zone par téléphone … ce qui est compliqué sans téléphone …   Nous ne sommes pas en ordre (on avait passé la limite de zone de quelques miles … et comme il est facile de nous tracer via notre AIS, il savait où nous étions … Capture 14.17.42  A nouveau, il reprend nos papiers, passeports et nous oblige à nous rendre dans les bureaux de la douane à Mayagues (soit à 5 heures de navigation).  Seul inconvénient, il n’est pas conseillé d’aller à Mayagues en bateau mais plutôt de s’arrêter à Boqueron et de poursuivre en taxi.  Vite pas une minute à perdre, nous sommes vendredi midi, si nous n’arrivons pas dans les bureaux avant 17H30, nous serons foutus pour tout le week-end.  Sans nos papiers, c’est un peu comme si nous étions tout nus et plus question d’aller à terre. C’est même pas encore ancré dans la baie de Boqueron que Laurent saute dans l’annexe pour rejoindre au plus vite les bureaux de la douane.   Le douanier de service a reçu l’ordre de nous faire payer cette fois 78 US$ alors que le douanier zèlé de Ponce nous avait dit qu’on devrait repayer 56 US$ comme la dernière fois.  ça ne plait vraiment pas à Laurent qui en a marre de ces règles à la tête du client alors il demande le chef du chef du chef.  Au bout de 1h de discussion par téléphone, il obtient enfin un nouveau permis de naviguer valable un an (pour 19$ alors que le douanier de Ponce lui avait refusé, nous forçant à payer à chaque mouvement du bateau) dans les eaux américaines et des papiers en ordre.  On sait ps si vous arrivez à suivre … mais ce fut réellement chaud.  Même le chauffeur de taxi a eu peur pour lui. Capture 14.20.49Boqueron, ville à nouveau touristique nous offre une soirée à terre à gouter les spécialités locales, le poulpe, les brochettes de requins et les empanadillas  pour tous les gouts, le tout au rythme de la musique latino.  C’est toujours accompagné de Grégal que nous avançons, prochaine étape la République Dominicaine. Capture 14.23.09 En chemin, on espère faire une pause sur l’isla Mona située entre les deux pays au milieu du fameux passage de Mona, craint par les navigateurs… On dit que cette ile est la Galapagos de Puerto Rico.  La météo en décidera autrement, Capture 14.24.07la houle est si forte qu’il est impossible de rester au mouillage. Seul, Hubert un peu (très) têtu comme son père insistera pour rejoindre la plage en annexe.  L’ile est vraiment très jolieCapture 14.23.19, des falaises, des plages de sables blancs, et une eau d’un bleu encore jamais vu jusqu’ici.  Seul point négatif dans la navigation, nous perdons le concours de pêche lancé par Grégal au début de chaque navigation.  Nous arriverons finalement à 1h du matin en République Dominicaine après un chouette navigation qui nous aura fait subir des vents de 30 nœuds.  Gràce au vent et quelques surfs sur les vagues nous avançons régulièrement au delà des 10 nœuds.  Une surprise s’annonce en République Dominicaine, ….