Archives par mot-clé : Saint-Simeon

Syrie

Maintenant, on est vraiment perdu !

  • Peu d’internet
  • On ne sait plus lire les panneaux routiers,  quand ils sont présents …
  • Les pièces de monnaie locales ne portent même pas d’inscriptions en chiffres arabes … ici, ils utilisent les chiffres indiens !
  • Plus de GPS (en gros, il a encore l’équivalent des autoroutes en Belgique, sauf qu’elles sont situées sur la carte à environ 1 km d’où elles sont dans la réalité)

En parlant d’autoroute, nous en avons emprunté une en construction, en demandant d’un signe de tête à un chauffeur de bus ce qu’il en pensait et visiblement, la même chose que nous : on va voir ! Et effectivement on a vu, il y a des tronçons terminés, d’autres pas encore tout à fait (dans ce cas, on peut rouler plusieurs centaines de mètres dans du gravier), des joueurs de foot, des vendeurs qui placent déjà leur échoppe sur la berne centrale, des motos, voitures, tracteurs, avec ou sans phares qui roulent soit sur la bonne bande, soit en sens inverse et … aucun accident à signaler. Bien entendu, pour monter ou descendre de l’autoroute, il faut franchir un tas de gravier que tout le monde franchit sans trop se poser de questions, même si on abime un peu son bas de caisse.

Pour le reste, les Syriens sont très très accueillants, adorent le klaxon, nous offrent le thé à toute heure de la journée.

Une petite idée des prix en Syrie

  • Le thé : en général, offert.
  • Le carburant : 30 cents/litre
  • Le repas au resto : 5 Euros
  • Le prix d’une entrée de site touristique : 2€50 pour les touristes, 25 Cents pour les locaux.  Heureusement, les enfants sont gratuits !
  • La petite bouteille de 2.5 litres de soda : 40 cents (j’avais dis 60, mais on s’était fait un peu avoir …)

Pour ce que nous avons pu visiter à ce jour : le Chateau de Saladin, magnifique et accessible par une route de montagne dont Béné se souvient et s’en rappellera encore des années, les villes mortes de Al Bara et Sergilla datant du Vème siècle, le monastère de St Siméon (qui est resté 40 ans à prêcher sur une pilasse !).  On a voulu aussi tester les plages désertes, mais avons dû partir, car interdit d’y passer la nuit, dommage …

Sinon, on rencontre aussi pas mal de touristes, très sympathiques : un groupe de Liégeois, deux flamands voyageant  chacun en solitaire, un jeune couple originaire de Tourinnes.  Voilà pour nos compatriotes.  Mais aussi, des Autrichiens, des Français, des Australiens et des jeunes Syriens en excursion scolaire