Archives par mot-clé : Syrie

Jordanie … l’hécatombe …

Avant de quitter la Syrie, les enfants ont fait un petit spectacle sur la scène de l’amphithéâtre de Bosra et ont fait des courses dans les gradins.  Vraiment très impressionnant, de par sa taille et son état de conservation !  Nous avons alors décidé de nous rendre en Jordanie (sans oublier de vite faire notre troisième plein de carburant).  Une fois la frontière passée, en trois heures, un peu comme la frontière Syrienne, nos mésaventures commencent : Aymeric malade (il a presque vomi sur un douanier), suivi par une fuite dans notre grand réservoir à mazout (Laurent était inquiet au point de ne savoir comment réparer), suivi par Laurent malade (Béné à même dû conduire le camion deux journées).  Ensuite, Hubert tombe du camion (bon vu qu’il sait bien qu’il a fait une connerie, il essaye de pas trop se plaindre), Augustin tombe malade juste avant de se couper le doigt en passant au dessus d’une palissage (aussi un truc dont il ne peut trop se plaindre car on lui répète sans cesse ce qu’il ne peut pas faire, il pourra même vous décrire la manière dont il a failli voir les pommes de près).  Et pour finir Guilhem et Hubert … en gros, restait Béné et Isaline sur le pont !  Heureusement que nous sommes partis à 7 !  Bon, si on vous écrit, c’est que tout rentre dans l’ordre, la grosse fuite est réparée, les blessures se guérissent et les maladies (des « Touristas » sous formes diverses) sont pratiquement plus que de mauvais souvenirs …

La Jordanie, comme nous le disait Bayanne, terre d’accueil (la Syrie aussi d’ailleurs).

Conversation type du pays : Hello, how are You ?  Where are You from ? We are from Belgica (Belgium, ils connaissent pas en général).  WELCOME IN JORDAN ! (avant, c’était Suria). Les gens sont ici très chaleureux et souhaitent que nous rentrions au pays avec pour seule envie de revenir les voir.  Ce que nous conseillerons très volontiers.

Même si on a eu quelques coups durs,  ça nous a pas empêché d’avancer.  En Jordanie, les paysages nous semblent plus montagneux que les Syriens et plus arides.  Nous avons fait trempette dans la mer morte (même Aymeric a su nager et sur la photo ci contre, personne n’a pied !) avant de nous rendre à l’endroit du baptême de Jésus, sur la frontière avec Israël (nous sommes côté Jordanien et voici une photo de l’autre rive du Jourdain qui fait tout de même moins de 10 mètres de large).  Nous sommes à quelques kilomètres des villes de Bethléem, Nazareth, Jericho, Jérusalem, du Lac de Thibériade …  avant de nous rendre sur le mont Nébo, où Moïse a contemplé la « Terre Promise » avant de s’éteindre. Un peu de religion Chrétienne dans ces pays Musulmans … (qui d’ailleurs croient également à Abraham, Moïse, Jésus, … et Mohammet !).

Ensuite, nous nous sommes rendus un peu par hasard à des sources d’eau chaude … au bout d’une route en cul de sac au fond d’une vallée … ce fut très agréable de rentrer dans une piscine à 35° (bain de minuit pour toute la famille, à la lueur de la presque pleine lune) pour le lendemain se balader dans une rivière qui elle devait être à un peu plus de 30° … nous n’avons malheureusement pas pu repérer le canyon proposé par Patrick et encouragé par Caroline.  Nous attendons d’être avec lui pour cela :-).

Ensuite Forteresse d’Al Kerak, très joli château du temps des croisades tout comme d’autres que nous avons pu voir en Syrie (Salad’in, Krak des Chevalliers).  Cette fois, c’est la partie souterraine qui était très impressionnante !  A la sortie d’Al Kerak, nous avons voulu aller saluer le cousin du papa de Bayanne, malheureusement il n’était pas là … pas grave, il ne se dégonfle pas, il nous invite dans son restaurant !  Un cinq étoiles comme le décrivent les enfants !  Si un jour vous passez par Al Kerak, n’hésitez pas à passer au Guest House ou au Restaurant situés de part et d’autre de l’entrée du château, vous ne serez pas déçus !  Encore un grand merci à lui !

Nous sommes ce soir à Dana, au milieu d’une réserve naturelle, où nous avons internet directement dans notre camion !  Les enfants ont encore fait un feu pour nous préparer potage et thé (Chai comme on dit ici).

Pour le reste (et pour enfin répondre à IMNNGL), sachez que l’ambiance familiale est très bonne, que les plus jeunes profitent pleinement du voyage et le trouvent fantastique au point de nous le répéter souvent, que les deux plus grands qui avaient quelques appréhensions au moment du départ commencent vraiment à rentrer dans notre voyage et semblent en profiter également.  Pour tout vous dire, même Augustin semble trouver le voyage bien agréable !  A ce jour, que du bonheur et donc à conseiller vivement !

Sinon, nos journées sont fort chargées.  Nous n’avons passé jusqu’à présent que deux fois deux nuits au même endroit.  Note, un moyen (on pense) facile pour nous décharger un peu : passer de temps à autre quelques jours au même endroit…

Pour ceux qui veulent savoir ce que nous faisons : visites, ballades (mais pour cela vous avez les photos et articles de notre blog), nous nous déplaçons (nous sommes aujourd’hui à un peu plus de 9 000 km, soit environ 150 km/jour à moins de 40km/h de moyenne), gestion du quotidien (nourriture, préparation repas, rangements, vaisselle, lessives, … et gestion des factures et autres documents en provenance de la maison ), gestion du voyage (Itinéraire, renseignements sur suite du voyage (ambassades, visas, autres voyageurs) , entretiens, aménagement, réparations du camion) et finalement scolarisation des enfants.  Pour tout vous avouer, le dernier point est par moments un peu bâclé, mais tout le monde nous dit, ne vous inquiétez pas, c’est une grande ouverture sur le monde que vous leur offrez et ce que vous leur apprenez de cette manière, aura une grande valeur pour leur avenir …

Nous lisons tous vos messages qui nous font très, très, très plaisir, même si nous n’arrivons pas à  vous répondre … nous nous efforçons de partager un peu notre aventure par le biais de ce site …

MERCI à tous ceux qui passent par ici et lisent nos quelques lignes … on vous embrasse !

Le désert !

Le camion ne passant pas partout, on l’a échangé contre un modèle réduit.  On cherche encore une remorque pour mettre Aymeric (Béné pourra prendre la place du chauffeur).

Notre cher ami nous a bien entendu offert le thé.  Un moment bien sympa où l’on apprend que les enfants font « Whoua Whoua » quand ils ont mal et qu’il faut alors leur donner un bisou magique …

A Palmyre, nous avons encore rencontré des compatriotes et voisins … nous voilà en train de discuter avec 2 allemands, 2 néerlandais et un belge déjà rencontré auparavant.

Le lendemain, nous nous sommes fait pourchasser par Heidi et Max, deux sympathiques autrichiens déjà rencontrés à Sergilla et qui nous avaient tuyautés sur un super emplacement à Alep où nous avons rencontré deux autres autrichiens, Alex et Magdalena en route pour l’Afrique du Sud, qui avaient un rencart avec deux allemands à Alep, les deux allemands du milieu de la photo que nous avons rencontrés à Palmyre et encore aujourd’hui à Damas. Et tout ça sans GSM.

Entre Palmyre et Damas, nous avons passé deux nuits au calme dans le désert. Même en se croyant au milieu de nulle part, il y a toujours du monde qui passe souvent par curiosité et de temps à autre pour nous rencontrer et nous inviter à boire le thé. Hier matin, nous avons été reçu par des bédouins qui nous ont offert le repas de midi. Un vrai délice. Même les enfants ont adoré, surtout le fait de manger assis par terre et sans couverts. Ce matin, nous avons donc trempé notre pain dans le pot de choco au lieu de le tartiner.

Et la théière fait maintenant partie de notre quotidien. (Théière et casseroles que nous avons acheté au poids pour 300 LS soit 5€).

Les enfants ont adopté la tenue locale.

Les méthodes de remplissage de notre citerne d’eau changent également.  Même en plein désert, ils ont de l’eau et qui coule avec un débit incroyable !

Ce soir, nous sommes à Damas où nous avons visité le palais Azem, la célèbre mosquée des Omeyyades (la plus grande de toute l’Islam), qu’il est de bon ton de visiter avant son pèlerinage à la Mecque, et  finalement le Khan Assad-Pacha.

Laurent dans les Souks …

La Syrie, super !  Un gros problème : ils n’indiquent pas lorsqu’un camion ne peut s’engager dans une rue … Laurent le téméraire n’a peur de rien au volant de son bolide.

Le demi-tour à Monaco n’était qu’un petit échauffement. Eh, oui, on a dû faire demi-tour dans les souks de Homs. C’était déjà un exploit de prendre la route ci-contre. Mais, lorsque qu’on nous a annoncé que cette rue (à sens unique) allait se rétrécir au point qu’elle ne serait plus assez large pour passer, vous imaginez l’embouteillage …

A ce moment, avec 50 personnes autour du camion et 10 véhicules qui klaxonnent car ils veulent passer, un gars nous a dit :  » Don’t worry, all the people around you are here to help you.  Drive slowly, be calm and everything will be OK ! ».  Nous avons donc repris cette rue, à contre sens cette fois … et tout s’est effectivement bien passé !  Et cela, après avoir tenté de rejoindre le centre d’Alep la veille au soir, où on nous avait annoncé la même chose (la rue qui va se rétrécir au point de ne plus pouvoir passer), heureusement cette fois-là, la rue était déserte … ce qui nous a permis de rencontrer (et d’aller boire un verre) chez de sympathiques habitants, à quelques mètres de la citadelle.

En compagnie de Nasser (qui nous pris par la main juste par sympathie), nous avons admiré Alep, ses Souks (sans camion cette fois), découvert le dernier artisan Syrien imprimant sur des foulards, mangé dans un resto avec vue imprenable sur la citadelle et la grand mosquée et finalement pu acheter le fameux savon d’Alep.  Un grand merci à lui !

Nous nous sommes ensuite retrouvés au temps des croisades dans le majestueux « Krak des Chevaliers », avant de prendre la route pour le désert.  Une première expérience pour les enfants qui rêvaient de bivouaquer au milieu de nulle part et de faire un feu !

Ils nous ont préparé un fabuleux repas avec des crêpes au fromage suivi d’un thé, le tout chauffé sur une pierre et du bois qu’ils avaient ramassé au fil du temps en prévision de cet instant.

L’arrivée dans le désert, un paysage merveilleux et fort différent de ce que nous avions vu auparavant avec des routes rectilignes sur des centaines de kilomètres, quelques tentes de bédouins et des extractions pétrolières.

Soudain, derrière une colline, nous avons aperçu l’oasis de Palmyre.  Cette ville, au milieu du désert, était un lieu de passage idéal pour le commerce entre l’orient et l’occident.  De majestueux temples datant du début de notre ère y ont été érigés.

Et pour finir, l’immanquable (d’après les guides), le coucher de soleil sur les ruines … on vous en fait cadeau !

Syrie

Maintenant, on est vraiment perdu !

  • Peu d’internet
  • On ne sait plus lire les panneaux routiers,  quand ils sont présents …
  • Les pièces de monnaie locales ne portent même pas d’inscriptions en chiffres arabes … ici, ils utilisent les chiffres indiens !
  • Plus de GPS (en gros, il a encore l’équivalent des autoroutes en Belgique, sauf qu’elles sont situées sur la carte à environ 1 km d’où elles sont dans la réalité)

En parlant d’autoroute, nous en avons emprunté une en construction, en demandant d’un signe de tête à un chauffeur de bus ce qu’il en pensait et visiblement, la même chose que nous : on va voir ! Et effectivement on a vu, il y a des tronçons terminés, d’autres pas encore tout à fait (dans ce cas, on peut rouler plusieurs centaines de mètres dans du gravier), des joueurs de foot, des vendeurs qui placent déjà leur échoppe sur la berne centrale, des motos, voitures, tracteurs, avec ou sans phares qui roulent soit sur la bonne bande, soit en sens inverse et … aucun accident à signaler. Bien entendu, pour monter ou descendre de l’autoroute, il faut franchir un tas de gravier que tout le monde franchit sans trop se poser de questions, même si on abime un peu son bas de caisse.

Pour le reste, les Syriens sont très très accueillants, adorent le klaxon, nous offrent le thé à toute heure de la journée.

Une petite idée des prix en Syrie

  • Le thé : en général, offert.
  • Le carburant : 30 cents/litre
  • Le repas au resto : 5 Euros
  • Le prix d’une entrée de site touristique : 2€50 pour les touristes, 25 Cents pour les locaux.  Heureusement, les enfants sont gratuits !
  • La petite bouteille de 2.5 litres de soda : 40 cents (j’avais dis 60, mais on s’était fait un peu avoir …)

Pour ce que nous avons pu visiter à ce jour : le Chateau de Saladin, magnifique et accessible par une route de montagne dont Béné se souvient et s’en rappellera encore des années, les villes mortes de Al Bara et Sergilla datant du Vème siècle, le monastère de St Siméon (qui est resté 40 ans à prêcher sur une pilasse !).  On a voulu aussi tester les plages désertes, mais avons dû partir, car interdit d’y passer la nuit, dommage …

Sinon, on rencontre aussi pas mal de touristes, très sympathiques : un groupe de Liégeois, deux flamands voyageant  chacun en solitaire, un jeune couple originaire de Tourinnes.  Voilà pour nos compatriotes.  Mais aussi, des Autrichiens, des Français, des Australiens et des jeunes Syriens en excursion scolaire

Bonnes Vacances !

Elles approchent et comme l’on voit qu’il y a trois fois plus de lecteurs les jours de semaine que le WE (je n’arrive pas à savoir pourquoi …), nous voulions vous souhaiter d’excellentes vacances avant votre départ vers un repos bien mérité !  De notre côté, nous allons visiter la Cappadoce en suivant les conseils de notre chroniqueur quotidien (comme quoi, vous pouvez influer notre périple) et vous savez quoi, pour la première fois depuis début Août, voici ce que les prévisions nous annoncent … la fin des précipitations !

Nous allons enfin pourvoir sécher un peu et pour ceux qui cherchent une destination pour la semaine prochaine, n’hésitez pas à nous rejoindre : Syrie ! Ci joint le paysage ce matin à l’est d’Ankara.  Suivi de quelques images de ce que nous avons pu voir cette nuit …

Profitez un maximum de ces prochains jours !

Amitiés

Béné, Laurent et les enfants.