La grande ligne droite

Après notre très courte pause aux Galápagos, dont nous vous raconterons nos péripéties un peu plus tard, nous avons repris la mer et levé les voiles en direction du paradis (comme nous le décrivent de nombreux voyageurs ayant accompli une circum navigation) avec comme premire étape « Les Marquises ».

C’est donc dimanche 12 avril vers 21h00 UTC que nous avons dit au revoir aux otaries et à la terre. C’est sous les balais et les sauts de centaines de raies que nous entamons notre grande ligne droite de navigation d’environ 2 936,3 MN à vol d’oiseau.

La route consiste à rejoindre les alizés que l’on trouve à une latitude de 5-6° sud tout en évitant une zone délimitée par les parallèles 3 et 8° sud et les méridiens 90 et 95° ouest. C’est une sorte d’extension du pot au noir, zone sans vent et propice aux orages et mer houleuse. La première partie du trajet s’est faite principalement au moteur par manque de vent lié au franchissement de l’Equateur (zone de convergence intertropicale) et une vitesse moyenne souvent inférieure à 5 noeuds.

C’est donc tout en douceur que nous trouvons notre équilibre et que nous nous organisons pour les quarts. La nuit est découpée en tranches de 2 heures que nous nous sommes répartis. Guilhem veille le soir de 8 à 10 h, suivi de Laurent et Béné jusqu’à 2 heures partir duquel Hubert prend le relai jusqu’à 4 heures. Ensuite c’est Augustin qui surveille la route pour terminer avec Isaline et Aymeric qui ensemble forment une bonne équipe de 6 à 8 heures. Le quart consiste à surveiller le cap, les variations de force et de direction du vent, optimiser le réglage des voiles, contrôler visuellement et sur l’AIS la présence d’autres bateaux qui croiseraient notre route, l’état des batteries, … Afin de rester éveillé, un film ou un jeu sur l’iPad est obligatoire.

Nos journées se remplissent avec la confection des repas et de bons gâteaux pour le moral des troupes, de films que l’on regarde en petits groupes ou tous ensemble, d’école (pas de trêve pascale pour nous), de siestes pour récupérer des nuits coupées par les quarts, de jeux de société et de la pêche. La pêche : occupation favorite des enfants. Les leurres sont choisis minutieusement pour un meilleur résultat. Le bateau se transforme bientôt en une poissonnerie ambulante avec thon jaune, daurade, espadon voilier et même calamars dans les frigos. Chaque journée, nous faisons le point météo et prenons notre position à 12 et 24 h UTC. Le changement d’heure à lieu pour nous tous les 4-5 jours.

A ce sujet, si vous pouviez nous aider à trouver deux villes de référence situées sur les fuseaux horaires UTC -8 et -9 et nous envoyer les réponses par SMS sur notre iridium.

Nous vous proposons également un petit concours : prévoir notre jour, heure, minute et seconde d’arrivée aux Marquises exprimée en heure UTC. Vos réponses devront être postées par commentaires sur le site « Septavivre » pour le 24 avril minuit UTC. Concours sans obligation d’achat mais avec super beaux lots à la clé. Premier lot : Une semaine de croisire en Polynésie sur « Septavivre » hors transport. Deuxième lot : une carte postale dédicacée envoyée des Marquises, troisième lot : une invitation en VIP à la présentation de notre voyage soit à la salle Jadinon soit au club de voile de Bruxelles.

Pour vous aider, notre point GPS au 17 avril minuit UTC : 5° 55′,946 S – 102° 26′,494 W. On prend un cap direct sur Atuona (Hiva Oa). Tenez compte des vents, courants, vagues, …

Bonne chance !

P.S. Merci pour vos messages en provenance de Namibie, Costa Rica, Panama, Martinique, Bahamas, Polynésie, Val Thorens et Belgique ! Dès qu’un SMS arrive sur le téléphone satellite, tout le monde accoure dans le carré !

P.P.S Aujourd’hui, record de distance : nous avons parcouru 103 MN en 12 heures !

On postera encore d’ici notre arrivée !

Terre !

Jeudi 9 avril vers 21 heure, nous avons atteint la première îles au Nord est de l’archipel des Galapagos.: Isla Genovesa.  Arrivée nocturne dans une île volcanique, soit un cratère de deux km de diamètre, remplis d’eau.  Nous entrons avec notre catamaran dans ce cratère et essayons de joindre l’endroit répertorié comme endroit de mouillage.  Seul problème, au lieu dit, les profondeurs varient entre une dizaine de mètres à près de 200 mètres et ce sur quelques dizaine de mètres horizontaux.  Par dix fois, nous essayerons de mouiller, mais sans succès, notre ancre  en fait ne touchait pas le fond …  Résultat, nous nous laisserons dériver toute la nuit pour revenir le matin au cœur de ce volcan.  En fait notre carte n’était pas correctement calée et la zone de mouillage se retrouvait sur les terres.

Ensuite, passage dans l’hémisphère sud avec franchissement de l’équateur.  Apéro ! , nous dira Guilhem.

Nous rejoindrons  l’ile Bartholomé, paysages magnifiques avant de repartir pour une nuit complète de navigation et slalom entres les différentes îles de l’archipel pour rejoindre la pointe sud ouest des Galápagos dans l’ile Isabela.  Nous y mouillerons à 4 h du matin, exténués après deux nuits sans sommeil pour Béné et Laurent.

La suite et les images plus  tard si nous avons encore une connexion.

Merci pour vos messages .  Ils nous font toujours très plaisir !

En route pour la Grande Traversée !

Ce vendredi 3 avril, vers minuit UTC, alors que beaucoup d’entre vous se préparaient pour la transhumance des vacances de Pâques, nous nous sommes mis en route pour notre grande traversée, celle du Pacifique. Océan dans lequel on trouve la plus grande distance entre deux points terrestres.  

Cette traversée représentera pour nous pas loin de 4000 MN, soit plus de 7000 km  parcourir  une vitesse moyenne de 7 nuds, soit 13 km/h, ayant pour destination les Marquises, en Polynésie..  Une premire étape est prévue aux Galápagos, îles au large de l’Équateur après environ 1000MN du canal de Panama.

A ce jour, le 7 avril 1h UTC, nous avons déjà parcouru près de 500 MN, soit la moitié de la distance pour les Galápagos.  Pour le moment, vents, courants et vagues nous sont favorables. Nous ajustons notre route quotidiennement en fonction du bulletin météo que nous prenons en relevant nos mails sur l’iridium.

Si vous souhaitez, vous pouvez nous envoyer des messages gratuitement sur notre téléphone satellite :  +881632527533 via http://messaging.iridium.com/index.php?

Notre position exacte : 2°47N,  83°53W au moment où nous vous écrivons.  La nuit est d’encre, les étoiles brillent de mille feux et on assiste un lever de lune à l’est qui nous éclairera bientôt comme en plein jour.

Nous avançons bien,  8 nœuds, par 19 nœuds de vent et venons de prendre un ris par précaution.

Profitez bien de vos vacances !

Pour nous, ce sera la mer pendant près  d’un mois … Ne vous inquiétez pas, elle est chauffée à 30°5 et infestée de requins !

On vous embrasse,

Les Sept a Vivre

Changement de programme !

Bonjour à tous,  cela fait maintenant 53 jours que nous sommes arrivés à Panama, beaucoup, nous direz vous … pourtant on a pas chômé pendant tout ce temps !  Panama devait être une sorte de passage dans notre voyage, une traversée de l’Atlantique vers le Pacifique, un point de non retour …
Et bien ce point de non-retour n’est pas celui que nous avions imaginé au départ, ce pays nous a montré différentes facettes, la côte Caraïbe, magnifique avec des archipels tels ceux de Bocas à l’ouest et ceux des San Blas plus à l’est.  Bocas del Toro était très vert, avec des iles très denses, de la mangrove … Les San Blas, dont on ne vous a pas encore parlés sont une sorte de paradis sur terre : iles vierges avec quelques cocotiers et des plages de sable fin.  Magnifiques, loin de la civilisation …Capture-11.35
De l’autre côté du Canal, le Pacifique, très différent, un peu plus froid et d’autres iles, les iles Perlas : La Perle du Pacifique.  Ces iles nous ont enchantés au point de décider d’y rester pour de bon !
Au nord des Iles Perlas, nous avons trouvé un petit coin de paradis : plage de sable fin, eau transparente avec des milliers de poissons et un complexe hôtelier à l’abandon et à la vente!   Béné et Laurent se regardent et Béné dit : «  Qu’en penses tu ? »Capture-12.14 En un instant, notre projet bascule : Laurent répond « Chiche ! » .  On appelle, on se renseigne sur le prix, les possibilités et en 4 jours, tout est bouclé !  A l’instar des Pimpus, nous voilà maintenant aussi propriétaires d’un petit coin de paradis dans les Perlas ! Incroyable !
La réaction de Zoé qui voyage avec nous : « Il y a juste les fenêtres à changer, refaire un peu d’électricité et c’est nickel, tout est neuf !».  Julien insistait pour qu’on installe vite des toilettes (car il avait un besoin pressant 🙂 ).Capture-11.34
Aymeric : «  Il est vraiment trop chouette! » Isaline : « Il faut enlever les morceaux de verre et remettre de l’eau dans la piscine » .
En fait, c’est une bonne base pas trop ancienne qu’il faut juste remettre en état et surtout en faire la promotion pour attirer du monde.  On en profite donc déjà pour vous en parler un peu…
Très facile d’accès en avion privé au départ de Panama City : la piste d’atterrissage se trouve à 300 mètres du complexe !  Tous les jours, il y a la visite des dauphins dans la baie.  Entre juin et septembre, ce sont les jubartes que l’on peut admirer, ces fameuses baleines à bosse.Capture-09.09
Laurent s’entraine intensivement avec Pierre pour passer son brevet de moniteur de plongée pendant que Béné adore se flâner au milieu  des marchés aux fruits et aux légumes de Panama.

Augustin quand à lui n’est pas très intéressé par les travaux mais s’entraine intensivement pour ouvrir une école de wake-board.
Le plus grand soucis est au niveau de l’école où il n’y a pas d’école sur l’ile.  Nous pensons inscrire les enfants soit à Panama City mais dans ce cas, on devra soit acheter un bateau très rapide pour rejoindre le continent (beaucoup moins que les 5 heures avec notre Catamaran), soit acheter un petit avion qui lui fera la liaison en 20 minutes.  Autre option, renvoyer les 5 enfants en Belgique afin qu’ils puissent y terminer leur scolarité.

Nous cherchons aussi quelques investisseurs audacieux pour mettre sur pied notre projet au plus vite.

Pour les vacances de Pâques last minute à Panama, n’hésitez pas à nous rejoindre, vous serez nourris, logés, blanchis en échange de quelques menus travaux …

Un autre projet que nous avons dans nos tiroirs : le service « Hubert » dont la presse belge a déjà fait l’éloge … suite à une fuite non prévue … alors, autant vous en parler également …

hubertComme vous pouvez vous en douter, ce projet était dans nos cartons depuis l’Afrique … et porte le nom de notre ainé qui est hyper motivé !

P.S. Nous aimerions bien que lors des prochaines vacances des Kozys’s à  Panama, dans notre nouvel hôtel, vous nous rameniez notre Bernard l’ermite.  Cela faisait trois mois que nous cherchions en vain Siméon!

Vincent, sache que pour ta toux, l’air est très pur de par ici  et que si ça marche sur toi, on pourra développer des programmes de bien être pour Nadine, Caro, Marie  et toutes leurs copines.

Patrick, nous cherchons activement un CEO, nous espérons que tu seras bientôt disponible !

Fleur, Xavier, Gégé.  Une mission de rénovation d’un gros projet à l’étranger pour votre CV ?  Ça vous branche ?

Julien, Maurine, Alexia, Adèle, qui nous écrivent souvent sur le blog et tous les autres copains de nos enfants, ne vous inquiétez pas, nos enfants reviendrons pour les vacances !

 

Nos mille et une aventures à Panama

Arrivant de Jamaïque, c’est très prudemment que nous entrons, un peu  comme d’habitude, de nuit dans la baie de Bocas del Toro.Capture 12.51.26  On ne voit pas grand chose, si ce n’est un feu d’artifice pour nous accueillir …
C’est avec surprise que le lendemain matin, nous observons tous les va et vient des taxi-bateaux transportant des dizaines de touristes d’une ile à l’autre.  Laurent, en tant honnête voyageur, va dès le lendemain matin se présenter à l’immigration et aux douanes. Capture 16.13.59Erreur, nous sommes samedi, on payera donc toutes les taxes avec des suppléments car en dehors des heures de bureaux.  De plus, tous ces braves gens n’ont pas d’annexe et il faudra les ramener à terre.  Lundi, il faudra encore se rendre à l’immigration pour les visas. Chose absurde à Panama, en tant qu’européen, pour entrer à Panama en avion c’est gratuit et si vous entrez avec votre bateau c’est juste 105 dollars par personne. Un sacré budget pour nous 7. Capture 08.51.38Vous connaissez Laurent, il consulte les ambassades, recherche sur internet et finit par trouver un texte de loi disant qu’on ne devrait pas payer.  Lundi, il passera 5 heures dans les bureaux, mais cette fois sans succès, ils n’accepteront pas l’extrait de loi car ils ne l’avaient jamais vu et le déclare finalement incomplet. Capture 12.26.35Pendant ce temps, nous observons les avions qui atterrissent et qui décollent.
Bocas Del Toro est une petite ville très touristique au bord de l’eau où les hôtels, restos, cafés et centres d’excursions se succèdent au bord de l’eau. Nous approchons du carnaval et les « Diables » sont déjà de sortie.  Si vous en croisez un, protégez vos mollets ou préparez-vous à sautez bien haut…Capture 12.52.50
Nous voguons ensuite entre les ilots de mangrove tel un labyrinthe de verdure au milieu de l’eau.Capture 15.06.10
Sur l’ile de Bastimentos, nous rencontrons Audrey et Arnaud avec leurs 2 enfants en vacances à Panama. Capture 16.23.51C’est avec eux que nous observerons les magnifiques fonds marins aux multiples couleurs.  C’est aussi en leur compagnie que nos Capture 14.57.59yeux repèrerons la célèbre grenouille rouge faisant tout de suite au moins 1 cm de long.  Au milieu des vagues et des courants inverses qui vous emmènent vers le large, Capture 14.59.15pendant que les enfants jouent dans les vagues ou tentent de surfer sur les paddles, Capture 14.55.29d’autres se servent d’objets trouvés tel une porte de frigo. Capture 15.11.27Un peu plus loin, nous faisons la connaissance de Vincent, un belge de Liège qui tient un magnifique petit hôtel « Al natural ». C’est un vrai coin de paradis à ne pas rater si vous allez un jour à Panama où les singes viennent le soir en toute sérénité chercher quelques morceaux de bananes. Capture 15.10.25Nous irons également à la rencontre des indiens de Salt Creek. Guilhem, tout comme en Afrique, nous trouve un paresseux. Capture 15.18.55Cet animal se déplace effectivement tout en douceur et très lentement de branches en branches. Malgré son activité très lente, il se cachera plus vite que notre progression dans 50 cm de boue afin de le rejoindre.  Ce sont des paysages sereins et paisibles que nous croisons avant de Capture 15.22.21rejoindre Colon. Capture 15.22.43Ensuite, c’est le Rio Chagres que nous avons parcouru de son embouchure au barrage.  Étant très curieux de découvrir les fameuses écluses de Gatun, nous mouillons au pied du barrage. Cela inquiétait assez fort Béné malgré des lâchers de barrages très, très rares. Capture 15.33.35Nous partons néanmoins tous les 7 à la découverte du canal de Panama, de ses énormes cargos chargés de plus de 500 containers qui montent et qui descendent entre chaque porte sous une chaleur de plomb. A notre retour, plus d’annexe. On se renseigne auprès de quelques pêcheurs. Capture 15.35.06Deux hommes sont partis à bord 20 minutes plus tôt. Que faire? Le cata est là au milieu du rio et nous sommes tous les 7 à terre sans annexe. Sans trop hésiter les 5 enfants et Béné se jettent à l’eau pour rejoindre tout habillé le cata et descendent le rio à la recherche de l’annexe. Capture 15.35.54Les enfants s’imaginent être de grands détectives comme dans les séries télé. Pendant ce temps, Laurent passe d’un commissariat de police à un autre, la police de Panama, la police du canal, la police touristique en taxi ou escorté expliquant à chaque étape notre histoire enfin tentant d’expliquer notre histoire en espagnol. C’est seulement vers 2h00 du matin qu’il reviendra vers le bateau escorté par 3 voitures gros phares allumés. Pour lui pas question de nager dans la rivière, la police le lui interdit car trop dangereux. Ce rio est en fait habité par des crocodiles …C’est donc en paddle que Hubert rejoindra la berge pour prendre Laurent.Capture 07.38.09
N’ayant plus d’annexe et ne voulant pas faire nos visites et surtout nos courses à la nage, nous rejoignons, en slalomant entre les gros cargos, la marina de Shelterbay située à l’entrée du canal.

La suite arrive d’ici peu … Les San Blas, le passage du canal, …

A ce jour (29mars), nous nous préparons pour notre traversée du Pacifique.

Voyage à 7 autour du monde en Catamaran…