En direct, Au milieu de nul part

Dernier update 05 février à 14:00 locale ci-bas – 10 SMS Iridium reçus !

Dimanche midi, 1er février, après avoir pris et analysé la météo, fait encore quelques courses, du pain, fruits et légumes, du jus d’orange, après avoir testé le téléphone satellite et comment recevoir un fichier météo au milieu de l’océan, après avoir salué Josette et Pierre, nous quittons le ponton de la marina Eroll Flynn de Port Antonio en Jamaïque. Direction Panama en direct. La route nous indique plus de 650 miles et entre quatre et six jours de navigation, soit notre plus grande traversée. Les sept à vivre sont prêts. Seule Béné est très inquiète comme d’hab. À peine sortis de la baie, nous entrons dans une mer agitée et des vents à 25 nds. Les vagues se cassent sur les rochers devant le phare et forment des montée d’écumes presque aussi hautes que le phare de 48 marches que nous avions visité la veille. Nous longeons la cote. Certains ressentent quelques effets du mal de mer, maux de tête, de ventre, … Mais nous restons confiants, cela devrait se calmer une fois au sud de la Jamaïque.

À hauteur du phare de Morant Point (côte est de la Jamaïque), à hauteur du phare que nous avions visité l’avant veille, et qui fait lui 128 marches, la mer se calme un peu. Laurent en profite pour regarder les voiles, et là gros problème, le coulisseau de la GV est cassé. Après analyse rapide de la situation, nous décidons de changer notre route et de nous abriter à Port Morant. Il est 19h30 quand nous mouillons. Nous sommes le seul bateau dans toute la baie. Sur la rive, une maison éclairée, peut être la marina renseignée sur la carte. Laurent s’apprête a y aller en annexe quand nous sommes surpris par un bateau voulant s’amarrer au notre. Trois hommes armés montent sur le bateau. Ils font partie de la police de la marine et viennent remplir les documents. Très sympas, ils nous proposeront leur aide le lendemain matin. Laurent part à 8h00 pour Kingston espérant y trouver une pièce de rechange. Vers 17h30, il reviendra avec non pas un nouveau coulisseau mais avec la piece soudée, limée et réparée. Le bateau est à nouveau en ordre, nous repartons pour notre grande traversée vers 19h30. Nous nous répartissons les quarts. La première nuit sera très mauvaise, une mer agitée, de grosses vagues qui viennent taper sur les coques du bateau. Certaines passent même au dessus du trampoline pour atterir sur les fenêtres du carré. Le vent est fort, en moyenne 25 nds. Mais surtout nous traversons deux grains durant lesquels le vent monte a 37 nds et la pluie rince tout le cata. Pour les quarts, nous avons l’habitude de descendre la table du carré et de la transformer en lit pour le capitaine et ceux qui font les quarts. Nous la laisserons ainsi toute la journée du mardi. En effet, il n’y a que couché que nous nous sentons mieux, que les maux de tête ou de ventre s’atténuent.

Au bout de 24h de navigation, nous avons déjà fait 150mn. Pour rester optimiste, il ne nous en reste plus que 450 soit encore 3 fois ce qu’on vient de vivre. On se réorganise pour les quarts, heureusement pour nous le temps devient plus constant, pas de grain, seul le vent et les vagues pour lesquels on s’habitue lentement. Les mouvements du bateau avec son balancement de droite à gauche de l’avant vers l’arrière sans ordre et sans régularité et toujours ces vagues qui se heurtent au bateau faisant soulever la table du carre et tomber les livres sur l’étagère. La journée de mercredi se passe encore un peu mieux, le vent e, est maintenant tombé à 20 nds en moyenne et nous avons même assisté à un balai de dauphins dans les grandes vagues ( pas possible de les photographier, cela bouge de trop).

Nous venons de passer les 310 mn et la moitié, en distance, de notre traversée. Voici donc les newsletter toutes fraîches du milieu de la mer des caraïbes. Si vous voulez nous encourager, vous pouvez nous envoyer un SMS gratuitement via le site Iridium. Notre numéro : +881632527533

 

une bouteille à la mer

05 février à 14:00 locale, 20:00 Bruxelles – 10 SMS Iridium reçus – continuez ! 

DTR Miles restants : 180 Miles
SOG 7.8 nœuds (vitesse réelle)
CSP 6.7 nœuds (vitesse par rapport  la mer)le courant nous pousse !
AWA Vent  130° sur bâbord (apparent)
Vent réel : 15 nœuds
AWS Vent apparent :  8 nœuds
Météo 4/5 soit très favorable
Moral des troupes : 4/5 , les plus grosses difficultés sont derrière nous ! Enfin, on l’espère…

Bonjour tout le monde, suite des newsletter du milieu de la mer des caraïbes.  Après deux nuits très agitées, la troisième fut plus paisible, nous nous rapprochons de Panama (Bocca del Torro), il nous reste 180 miles, soit un peu moins de deux jours.  Merci pour vos messages reçus sur notre iridium, ça nous fait super plaisir !

Le moral est très bon et la météo plus clémente : de 25 nœuds de vent annoncés, nous passons  15 nœuds.  Les vagues passent de 4 mètres à  un peu plus de 2 mètres … Plus trop de mal de mer  bord, reste le capitaine qui n’est pas toujours dans son assiette 🙂
Les enfants recommencent à cuire des gâteaux et même Béné pense qu’on va y arriver.  Nous naviguons pour le moment avec toute la GV et sous Spi.  C’est magique !

Voici nos coordonnées GPS : 11°47’345 N.  80°28’321 W.
DPT : 3500 m de profondeur.

10 réflexions sur « En direct, Au milieu de nul part »

  1. Chers 7 à vivre,

    Même loin de nous en plein milieu de votre rêve, vous restez connectés à la vie sur terre. Cela fait chaud au cœur. Merci.

    Vous suivre à travers vos récits me donne à chaque fois l’impression de suivre les différents épisodes d’une série mettant en exergue toutes les péripéties qu’engendrent ce genre d’aventure. Ceci se traduit par une mise sous tension de ma toquante à chaque nouveau paragraphe, décrivant toujours avec beaucoup de réalisme et de suspens, les différents moments de stress ou de joie qui parsèment votre année sur ces flots lointains.

    Bénédicte, je te soutiens à 100%. N’oublie jamais que même sur l’eau, tu restes celle qui a les pieds sur terre et qui vous ramènera tous sains et saufs à bon port. Garde la tête haute face à toutes ces têtes brûlées 😉

    Que les bons vents vous guident.

    OCT’OPUS

  2. Traverser le monde et se retrouver dans un autre…. On connaît tous, ça vaut 19€ et ça s’appelle wzz, jaf, ryr, et autre…

    Mais traverser le monde, se retrouver dans un autre et se rendre compte, que ces deux mondes sont reliés les uns aux autres par un continuum… ne forment en fait qu’un… c’est fantastique… (Même si ça peut parfois être fatiguant ou usant)

    Bravo et profitez bien de votre privilège !

  3. Sommes bien arrivés à 21 heures locale ce vendredi à Bocas del Toro au Panama. La dernière après midi de navigation fut à nouveau assez houleuse ! Super contents d’avoir effectué cette première grande traversée. Quelle joie de se retrouver au calme pour la nuit. Merci pour tous vos messages. On vous promet bientôt une vidéo et un article. À bientôt.
    Les sept à vivre.

    Guilhem : cool, on a vu des dauphins mais un peu le mal de mer
    Augustin : long !! Très long !!! Mais chouette et tranquille …
    Hubert : long, épuisant mais possible.
    Isaline : bien cool, en bloquant la tête avec des coussins plus de mal de mer, on a vu des dauphins communs
    Aymeric : pas de mal de mer et c’était très chouette la traversée

  4. Bravo pour cette magnifique traversée! Ce ne sera certainement pas la plus longue (comptez 4 ou 5 fois plus entre les Galapagos et les Marquises), mais ce sera la plus éprouvante. Enfin on espère! Les vagues courtes et la mer hachée des Caraïbes n’est pas de tout repos pour l’estomac. Mais quelques crêpes aux San Blas devraient vous faire oublier tout cela.
    J’attend avec impatience de vous voir sur la web cam du canal de Panama!
    Denys

  5. « …nous sommes surpris par un bateau voulant s’amarrer au notre. Trois hommes armés montent sur le bateau. »

    Mince, j’ai cru un moment que ça recommençait comme il y a quelques années, près de l’Erta Ale…

  6. Ben et les crêpes alors? Elles sont tombées à l’eau? Je vais avoir du mal à vous rejoindre quelque part au milieu de la mer.

    Courage, on pense à vous! Et que le vent se calme un peu!

  7. Juste un petit complément… Ceci n’est pas un canular. Une vraie bouteille a la mer. Ce matin à 8:50 ils étaient a 250 mn du but, et le vent s’était calmé. Tout va bien à bord. Bonne voix de Laurent.

    Ils demandent qq encouragements par iridium ! Abusez du système !!!

  8. Merci les amis pour ces nouvelles toutes fraiches ! Là, c’est du direct ! C’est vachement mouvementé chez vous…
    Merci à toi Patrick de faire le secrétaire des Sept à Vivre et d’avoir posté ça au plus vite, depuis ta voiture. Nous savons même que maintenant, ils sont actuellement à moins de 250 mn de l’arrivée grâce au sms tout fraichement reçu.
    Belle journée à tous ! Ici, ça devrait être plus calme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *